Cavaliers

Dwyane Wade, le patron sur le banc des Cavaliers : encore un bel ajustement de la part de Flash

Dwyane Wade
Source image : youtube

Les relations à distance, ce n’est pas pour Dwyane Wade et le King. Après un passage moyen du côté de sa ville natale, Chicago, Tonton Flash a décidé de retrouver son ancien camarade de Miami à Cleveland. Après un tout début de saison mitigé, l’arrière de 35 ans a centralisé toutes les critiques envers le banc. Sauf que dorénavant, les Cavaliers gagnent et sa renaissance n’y est pas étrangère.

Pourtant, le début de saison de l’ancien du Heat a été très compliqué. Pour remettre les choses dans leur contexte, Isaiah Thomas est blessé et il restait donc un poste vacant aux côtés de Derrick Rose. En comptant aussi le fait qu’Iman Shumpert jouait par intermittence, Tyronn Lue avait décidé de mettre J.R Smith sur le banc avec Flash dans le cinq de départ. Résultat ? En 3 matchs, le bras-droit préféré de LeBron proposait 5,6 points, 3,3 passes pour 2,7 pertes de balles en moyenne. Une bien grosse tache, à la vue de ses statistiques en carrière. Certains commençaient même à se dire qu’il était autant un poids pour LeBron que le grand-père sénile que l’on doit mettre en maison de retraite pour éviter qu’ils ne mettent ses fringues dans le grille-pain. Sauf que, depuis une dizaine de matchs, Dwyane revit. Statistiquement, c’est le jour et la nuit : 14,1 points et 5,4 passes par rencontre depuis la victoire à New York il y a deux semaines. Et bingo, Wade est sur le banc en tant que 6ème homme de luxe, en apportant nettement plus que de simples chiffres en 25 minutes environ par match. Enfin un bon choix de Lue, et en commun-accord avec le joueur, lui qui doit se sentir bien protégé avec les neuf victoires d’affilées. C’est donc un DW confiant et exemplaire qui s’est exprimé dernièrement sur cette montée en puissance.

« Je prends du plaisir, je pense que nous en prenons tous. Nous parlons constamment dans cette second unit. Quand nous sommes sur le banc, notre boulot c’est d’entrer et d’avoir un impact positif. Si nous sommes menés nous discutons de ce que nous avons besoin de faire pour aider l’équipe à revenir. Si nous menons, nous discutons de ce que nous pouvons faire pour creuser l’écart. Il faut faire des stops avec cette unit. Si nous faisons des stops, nous pouvons jouer libérés. »

Si vous doutiez encore que D-Wade était un joueur intelligent, ces propos justifient et nous montrent une autre facette de son succès, son leadership et sa capacité d’adaptation. Bien qu’il y ait beaucoup de vétérans sur le banc avec les Kyle Korver ou Channing Frye, c’est bien le MVP des Finales 2006 qui mène le second groupe de l’Ohio. Globalement, tous ces joueurs de banc ont des capacités intellectuelles et techniques suffisantes pour tenir en NBA, sauf qu’il manquait un cerveau global pour tout centraliser et mener la charge. Le problème étant que, quand on parle de cerveau, Tyronn Lue arrive loin dans la discussion. Du coup, après avoir déjà montré son côté équipe en premier lorsque LeBron débarquait à Miami en 2010, Dwyane nous a refait le coup en acceptant d’être remplaçant de luxe à Cleveland. En parlant d’ailleurs de capacité cérébrale, certains en ont au-dessus de la moyenne, comme Erik Spoelstra qui voit le niveau actuel de son ancien protégé à Miami et s’en réjouit, même s’il ne semble pas surpris.

« Je pense que peu importe le rôle qu’il a, il joue la gagne. […] Et ça a été le cas sur toute sa carrière. Cela montre le type de mec qui se sacrifie dans son rôle pour assurer quelque chose de différent de ce qu’il a pu faire par le passé. Comme vous pouvez le voir, il joue ce rôle à merveille ». Erik Spoelstra

Et les résultats sont bien là, les Cavs étant dans une sorte de zone collective inarrêtable. Que cela fait plaisir de voir l’un des meilleurs arrières all-time à ce niveau. Certes, on est loin de ses statistiques lors qu’il était encore à Miami. Mais il pèse énormément sur un match malgré son âge, et il pèse surtout dans l’évolution de sa franchise en acceptant de changer de rôle en permanence. La marque des plus grands, finalement.

Sources texte : Cleveland.com, Cleveland.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top