Sixers

Ben Simmons entre dans l’histoire WTF : 24 lancers dans le dernier quart, bonjour le festival

Match assez bizarre cette nuit à Philly, sous les improvisations coaching des Wizards. En quête de revanche face à lui-même, Ben Simmons a enquillé les points dans le dernier quart et tapé son record en carrière dans la victoire des siens (118-113).

Vous avez dit Panzani ? Difficile de trouver meilleure traduction du phénomène maison, en revoyant le dernier quart-temps du match opposant Washington à Philadelphie. Sur les 36 premières minutes de la rencontre, Brett Brown et ses poulains pouvaient être contents du taf proposé. Malmenés par des Cavs plus expérimentés, ou disons plutôt tabassés par des Cavs qui voyaient LeBron et Wade sortir le mode méchant, les Sixers devaient se reprendre. Et à commencer par le rookie, Benny, dont la performance avait enfin montré des signes de jeunesse. Touché à la cheville ? Trois fois rien, il suffisait de serrer les dents, les pompes, et prendre un Advil. La motivation du freak liée à la belle entame de match de Dario Saric permettait aux hôtes de créer un premier écart, pendant que Bradley Beal quittait les siens à cause d’un pépin au visage. Gros écart à la pause, gros taf ajouté par Joel Embiid, dans les rangées du Wells Fargo Center on sortait limite son téléphone pour checker les résultats des autres franchises jouant ce mercredi. Sauf que du côté de Washington, on ne se laissait pas faire pour autant, et un furieux comeback était tenté par les visiteurs venus de la Maison-Blanche. Le plan ? Scorer à outrance et faire faute sur Ben Simmons, afin qu’il aille régler son viseur aux lancers. Pas vraiment le genre de jeu qui fascine, mais quid du résultat ? Car si les Wizards parvenaient à recoller au score, peut-être que l’Australien se mettrait à paniquer…

Et bien la première partie de l’opération comeback fût validée, mais pas la seconde. Scorant 48 points dans le dernier quart et envoyant absolument tout dans la bataille, les hommes de Scott Brooks envoyaient Simmons tenter ses deux shoots et le gamin en plantait suffisamment pour éviter un désastre. 24 lancers dans le dernier quart, 15 sur 29 au total, et surtout 6 des 8 derniers rentrés en mode clutch. Car les tentatives précédentes n’avaient pas été fameuses, mais le phénomène n’allait pas se faire avoir ainsi comme un bleu. Non, déjà humilié entre guillemets par LeBron l’avant-veille, Ben refusait de prendre une deuxième dose de leçon rookie devant son public. Match bouclé pour Philly, victoire assurée devant le public, mais un point intéressant à surveiller pour la suite. Car s’il y a bien un élément qui a été retenu par les Wizards, c’est ce doute aux lancers qui pourrait potentiellement jouer des tours à l’Australien. Une tentative foirée ou une expérience à renouveler ? La réponse dans les prochains matchs des Sixers, avec un money-time qui pourrait bien nous offrir… du Hack-a-Ben. Difficile à croire quand ça ne fait que six semaines que t’es en NBA, mais quand tu domines trop et qu’on cherche à te faire douter, il faut bien passer par là.

Le rêve ultime de Mark Price, de Steve Nash, de Stephen Curry. Le cauchemar de DeAndre Jordan, de Ben Wallace, d’Andres Biedrins : 24 lancers dans un dernier quart-temps, ça c’est du record WTF en poche. 

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top