Grizzlies

Les Grizzlies au fond du trou : huitième défaite de suite, leader qui gueule, calendrier hardcore, c’est cool la vie

Grizzlies

On a tous quelque chose en nous de Tennessee, comme une étoile qui s’éteint dans la nuit.

source image : youtube

Le début de saison était, selon les points de vue, soit prometteur soit en trompe-l’œil. Trois victoires de rang pour attaquer, cinq sur les six premiers matchs, et voilà qu’on avait l’impression que ces diables d’Oursons allaient encore s’en sortir malgré de nombreux départs durant l’été. Oui mais non, car un mois plus tard, le Tennessee fait grise mine… et ce n’est peut-être que le début.

Les Grizzlies qui se font taper à la maison par les Nets. Les Nets ? Des Nets sans Allen Crabbe ni D’Angelo Russell ni Jeremy Lin ? Une équipe dont le leader était hier soir… DeMarre Carroll ? Bouge-pas Jean-Mi, le plus étonnant dans cette affaire reste encore que tout ça n’a rien d’infamant. Car après un début de saison canon qui nous avait même fait croire que Chandler Parsons serait MIP, c’est finalement une série de huit défaites consécutives qui toque aujourd’hui à la porte du bureau de David Fizdale. Huit défaites de suite, dont des déconvenues au FedEx face à Brooklyn donc, mais également contre Portland et même… Dallas, avouez que ça fait très moche sur le CV. La blessure de Mike Conley a finalement mis en lumière les difficultés que risquent de rencontrer Memphis cette saison, bien légers malgré la petite renaissance de Tyreke Evans et le retour récent de JaMychal Green dans le cinq. Mais si la série de défaites était la seule raison de s’inquiéter, on dormirait peut-être plus tranquillement dans le Tennessee.

Les premiers frissons pour les fans des Grizzous ? Leur franchise player fait la gueule. Bienvenue dans les montagnes russes car si le gros Gazouze avait envoyé un début de saison de rêve après avoir mis la pression à ses dirigeants au début de l’été, voilà que le pivot espagnol nous refait du boudin. Benché lors du money time cette nuit, Vendigo ne s’est ainsi pas caché pour dire son mécontentement quant aux choix de son coach et on suivra avec attention la suite des évènements entre les deux hommes, même si Fizdale semble capable d’assumer mais en mettant toutefois un peu d’eau dans son vin. La deuxième très mauvaise nouvelle pour les Oursons ? Le calendrier à venir, tout simplement monstrueux. Une double-confrontation avec les Spurs pour commencer, des déplacements à New York, Golden State, Cleveland, Washington et la réception au FedEx des Raptors, des Wolves, des Celtics, du Heat ou encore du Thunder. Santé, hic, blurp. Douze matchs à venir qui pourraient voir le bilan de Memphis passer de « très bof » à « à chier » et dont il faudra sortir indemne pour rester dans la course aux Playoffs. D’ici-là Mike Conley aura peut-être rechaussé les sneakers, mais c’est aussi ce que les Spurs disent à propos de Kawhi Leonard depuis un mois donc la prudence reste de mise.

On récapitule ? Un coach contesté, un leader qui fait la gueule, des défaites qui s’accumulent et qui pourraient devenir une habitude jusqu’à Noël. Un portrait bien triste de l’une des franchises les plus solides de NBA depuis des années maintenant, peut-être à un tournant de sa jeune histoire. On refait le point à Noël, mais si on a un conseil à donner à Marco, Rio et toute la bande, c’est que plus vous réservez votre hôtel tôt pour la fin avril, moins vous paierez cher. C’est Chris Paul qui nous l’a dit.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top