One-on-One

Kevin Durant et Oklahoma City, une vilaine rupture qui ne doit pas faire oublier huit ans de vie commune

Kevin Durant

De 2008 à 2016, Kevin Durant a aidé OKC sur comme en dehors du terrain. Son départ vers Golden State ne doit pas effacer cela.

Source image : YouTube

Devenu l’ennemi public numéro un à Oklahoma City après son départ controversé vers Oakland, Kevin Durant retrouve son ex ce mercredi puisque les Warriors affrontent le Thunder cette nuit à la Chesapeake Energy Arena. Si sa participation à la rencontre reste incertaine pour le moment, sa présence à OKC est une belle occasion pour revenir sur les grands moments de cette relation.

Here we go again. Neuf mois après des retrouvailles très houleuses avec son ancien public, Kevin Durant est de retour à Oklahoma City, la ville où il a passé une très grande partie de sa carrière NBA et où il est devenu une véritable superstar. Depuis ce fameux match de février, il s’est passé beaucoup de choses, que ce soit pour KD ou pour le Thunder. Mr. Zone de Confort a obtenu ce qu’il voulait en remportant son premier titre NBA, Russell Westbrook a marqué l’histoire, et la franchise d’OKC s’est reconstruite à travers les arrivées de Paul George et Carmelo Anthony. Bref, de l’eau a coulé sous les ponts comme on dit. L’accueil ne devrait donc pas être aussi terrible que lors de la première fois, où les fans d’Oklahoma City avaient sorti le bleu de chauffe pour exprimer leur animosité envers l’ancien héros local. Evidemment, cela ne signifie pas que Durant est aujourd’hui le bienvenue du côté de la Chesapeake Energy Arena, loin de là. On devrait encore voir des pancartes avec de jolis petits gâteaux dessinés dessus, et entendre des bruits de serpent descendre des tribunes. Mais avec le temps et du recul, les choses ont tendance à se tasser et la frustration laisse souvent place à l’acceptation, même quand c’est difficile. On l’a vu avec LeBron James lorsque que ce dernier évoluait à Miami après son départ de Cleveland.

Pour la majorité des fans d’Oklahoma City, il est sans doute encore un peu tôt pour avoir un sentiment général positif envers Kevin Durant, surtout que ce dernier n’a pas forcément arrangé son cas avec cette histoire de faux compte Twitter. Mais à un moment donné, ils devront relativiser et juger KD pour l’ensemble de son oeuvre, et pas uniquement par rapport à ce 4 juillet 2016. En l’espace de huit saisons, Durant a permis à une « nouvelle » franchise de se faire une place dans le monde du basket US, et même à l’international. Individuellement, il a accumulé les récompenses. Sept fois All-Star, élu dans la meilleure équipe de l’année à cinq reprises, quatre fois meilleur marqueur de la ligue et MVP en 2014. Plutôt pas mal non ? Et collectivement, le Thunder est rapidement devenu un poids lourd du Wild Wild West avec cinq campagnes à 50 victoires ou plus (et une à 47-19 lors de la saison raccourcie pour cause de lock-out), six participations en Playoffs dont quatre Finales de Conférence, et une grande Finale perdue contre Miami en 2012. En d’autres termes, il a mis le petit marché d’Oklahoma City sur la carte NBA, ce qui n’était pas gagné quand on sait que c’est la mythique franchise des Seattle SuperSonics qui a fait les frais du déménagement vers OKC en 2008. Et on ne parle même pas de son impact sur l’économie et l’image de la ville.

Rien que pour ça, Kevin Durant mérite de la reconnaissance au sein de la fanbase du Thunder. Et quand vous ajoutez son implication dans la communauté locale pendant toutes ces années, le bilan devient encore plus positif. KD, c’est le gars qui a fait construire des terrains de basket dans les écoles du coin. C’est le gars qui a soutenu financièrement Positive Tomorrows, une association basée à Oklahoma City ayant pour objectif d’aider des enfants issus de familles très pauvres et sans abri. Enfin, c’est aussi le mec qui a sorti un million de dollars de sa poche pour permettre à la ville de Moore (Oklahoma) de se reconstruire après une terrible tornade en 2013. Toutes ces initiatives sont malheureusement souvent reléguées au second plan alors qu’elles sont bien plus importantes que le basket. Par contre, elles ont le mérite de montrer à quel point Durant était proche des gens d’OKC. Et visiblement, c’est toujours le cas si l’on en croit ses propos lors d’une récente interview sur Bleacher Report.

« Moi et ma famille, nous n’avons pas effacé ces huit années à OKC. Avec ma mère et mon frère, nous avons grandi à D.C. et OKC. Je suis toujours OKC. Ce bleu sera dans mon sang pour toujours. Cet endroit m’a élevé. Il y a des personnes qui prendraient une balle pour moi, et vice-versa. Mais il arrive un moment dans la vie d’un jeune homme où il doit prendre la meilleure décision pour lui. »

Au premier abord, ces paroles peuvent faire sourire quand on reste bloqué sur son choix de rejoindre les Warriors. Mais encore une fois, lorsqu’on regarde dans une perspective plus globale, elles prennent clairement du sens.

Sur le terrain comme en dehors, Kevin Durant a apporté énormément de choses à Oklahoma City pendant presque une décennie. Alors oui, il n’a pas réussi à accrocher une bannière de champion au sommet de la Chesapeake Energy Arena, et est parti un peu comme un voleur. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut tirer une croix sur ces huit belles années de vie commune…

Les visiteurs ont tapé :

2 Commentaires

2 Comments

  1. Joe Danielos

    22 novembre 2017 à 20 h 42 min at 20 h 42 min

    Je vais chialer putain…

    Non… sérieusement, je penses qu’il est tant de tiré un trait et de passé a autre chose.

    KD/RW ; deux joueurs et surement deux Hommes au tempérament complétement opposé, mais qui m’ont fait franchement rêver… Je leurs doit mon amour du BasketBall.
    (oui je suis un rookie)

    Cela dit… Vas y RW ! Écrase le !

  2. WeLoveAnthonyDavis

    22 novembre 2017 à 20 h 49 min at 20 h 49 min

    « mythique franchise des Seattle SuperSonics » … la côte de sympathie de Seattle est grande, je comprends aisément pourquoi, je les tiens également dans mon coeur mais merde… les mots ont du sens, mythique ? sérieusement ?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top