Hornets

Du bon Dwight Howard comme on aime : 25 points, 20 rebonds et 4 contres, D12 a sorti la cape

Il n’apparaît plus aussi souvent qu’avant, mais quand le Dwight Howard à l’ancienne pointe son nez, ça vaut toujours le détour : l’intérieur des Hornets a imposé sa lourde carcasse sur les Wolves cette nuit.

Et pour la gagne, le plus important, évidemment. Il fallait profiter notamment de la légèreté intérieure de certains pour faire du sale, ce que Dwight a parfaitement compris d’entrée. Agressif, cherchant ses positions activement et punissant Karl-Anthony Towns pour sa flemme dans sa propre moitié de terrain, Howard enquillait les points aisés et se voyait bien claquer un vingt-vingt en mode old school. Non pas que ça faisait une éternité qu’on ne l’avait pas vu terminer un match ainsi, mais il y a manière et manière. Et ce lundi soir, c’était le Dwight en mode Superman qui était présent pour sauver Charlotte. Présent au contre, dans les rotations défensives, communicant avec chaque partenaire, finissant ses séquences proprement en attaque et mettant même ses lancers, que pouvait-il faire de plus ? Rentrer un shoot du milieu du terrain, sur un caviar de Nico Batum ? Gérer l’interview d’après-match avec sérieux ? Certes, D12 reste D12, donc un géant qui se marre un peu trop souvent et a plus l’air présent pour régaler la galerie que pour écraser la concurrence. Mais quand il fait le deux, on ne voit pas pourquoi il faudrait avoir un traitement avec Embiid, et un autre avec un intérieur à la performance similaire.

25 points, 20 rebonds, 4 contres et des louveteaux couinant dans leur tanière, fallait pas faire chier Dwight cette nuit. Maintenant vient le plus chaud et le plus gros pour l’intérieur, du steak qui va lui demander une contribution aussi importante sur cette fin de mois de novembre. Jugez plutôt : Washington, Cleveland, San Antonio et Toronto. C’est pas beau ça ? Il y a certes moyen que les Hornets finissent à 0-4, mais il y a aussi moyen que les Hornets finissent à 4-0. Et si on préférera couper la poire en deux en indiquant qu’un bon petit 2-2 serait une belle affaire pour Steve Clifford et ses boys, on peut se laisser tenter en voyant Dwight retrouver son basket. Un Nico Batum de retour avec les siens, un Kemba qui chauffe, manque juste la régularité du banc et un poil de shoots extérieurs et on est bons. Joli test en perspective donc, avec des raquettes qui tendent les bras pour se faire rouler dessus.

Jonas Valanciunas, Marcin Gortat, Pau Gasol et Kevin Love, on les aime bien les copains, mais si Howard remporte sa matchup sur ces gars la fin de mois des Hornets pourrait vraiment avoir une belle gueule.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top