Celtics

Les trois remarquables jours de Jaylen Brown : deux grandes performances, pour un ami parti trop tôt

Jaylen Brown
Source image : NBA League Pass

On avait déjà parlé de lui en sortie de victoire contre Golden State, Jaylen Brown a remis ça contre Atlanta hier soir. En plein deuil cette semaine, l’ailier des Celtics a tout simplement proposé son meilleur basket dans sa jeune carrière.

Ceux qui n’ont pas encore lu la story de son meilleur ami décédé mercredi peuvent la retrouver sur notre site, afin de comprendre un peu mieux la difficulté que cette semaine représentait, et le clin d’oeil proposé par le calendrier de sa franchise. Mercredi soir, la veille d’un match surmédiatisé face aux Warriors, Jaylen apprenait la disparition de Trevin Steede. Un gars qui l’avait aperçu, seul, assis à la table de la cantine locale, quand Brown débarquait dans la Wheeler High School en Géorgie et pensait n’avoir besoin de personne. Tendant la main vers ce nouveau qui n’avait pas le moindre ami, Trevin devenait instantanément le meilleur pote de JB. Des types inséparables, comme ce dernier le décrivait en retenant ses larmes jeudi soir. Son décès il y a quelques jours avait donc l’effet d’une bombe dans le paysage de l’ailier, lui qui pensait le voir en fin de semaine. Car après le match contre Golden State ? Ce sont les Hawks qui allaient accueillir Boston, un retour marquant à Atlanta pour Brown qui avait fait son lycée avec Steede là-bas. Le weekend s’annonçait donc chaleureux, bienveillant, avec un passage obligatoire par Marietta, la bourgade située à 20 minutes d’ATL où les deux ados avaient fait leurs 400 coups. Mais hélas, c’est une tragédie qui bouleversera le trip annoncé, le vendredi familial devenant un moment de deuil et de recueillement entre Jaylen et le cercle proche de Trevin. Face à cette terrible perte, Brown décida donc de répondre comme il a toujours su faire, avec abnégation et un regard rempli de détermination.

Les Warriors, forcés à devoir rendre leurs armes au TD Garden, face à une équipe celte refusant de perdre et poussée par un ailier surélevé par la puissance du moment. Jaylen, initialement, ne pensait pas prendre part à cette rencontre, enfermé dans sa chambre et verrouillant sa porte afin de se séparer du monde extérieur. Mais inspiré par la famille de Steede, le jeune homme changea d’avis. Et ce qu’il proposa derrière fût assez mémorable. 22 points sur Golden State, la victoire au bout et le ballon du match donné par Kyrie Irving, dans une accolade bourrée d’émotions. « Celui-là, c’était pour Trevin, » susurrait le meneur à l’oreille de son poulain. Puis la conférence de presse protocolaire, gérée avec maturité et simplicité, Brown s’ouvrant tout simplement sur ce tragique épisode. Pas le temps de traîner, la NBA impose son rythme et il faut le suivre. Premier avion direction Atlanta, où Jaylen retrouve les siens et sait qu’il doit faire son deuil. Un message envoyé par les dieux de la balle orange ? C’est dans son état natal que le garçon doit jouer ce samedi, dans une Philips Arena où bien des connaissances devaient venir le voir à l’oeuvre. Les Hawks, comme les Warriors avant eux, prendront tarif. Et pas n’importe lequel, le plus gros tarif de la jeune carrière de Jaylen Brown : 27 points à 10/13 au tir, sans changer de regard, sans montrer d’émotion. Une exemplarité soulignée par ses coéquipiers, fiers de voir ce garçon d’à peine 21 ans montrer la maturité des plus grands, dans une période aussi douloureuse. Victorieux mais lessivé après la rencontre, le garçon pouvait enfin souffler. De mercredi soir à dimanche matin, le temps s’était comme arrêté dans sa vie, l’ironie du programme le menant jusqu’à la porte de Trevin Steede où il réalisera son meilleur match en carrière.

Des Warriors écartés, des Hawks terminés, deux performances remarquables et le tout entre plusieurs moments de forte émotion auprès de ses proches, Jaylen Brown a traversé cette semaine avec autant de grâce que de volonté. Là-haut, quelque part, Trevin a de quoi être fier de son meilleur pote. S’il en est là aujourd’hui, c’est en grande partie grâce à lui. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top