Heat

L’action de Dion Waiters entraînant la blessure de Rudy Gobert : tout un débat autour de l’intention

Dion Waiters
Source image : NBA League Pass

Blessé pour les prochaines semaines de compétition, Rudy Gobert ne peut que revoir l’action entraînant sa blessure et se poser une question : Dion Waiters a-t-il intentionnellement commis une faute dangereuse, ou pas ?

Toujours compliqué, de se pencher sur ce type de situation. Déjà parce qu’on n’a pas vraiment envie de jouer à la chasse à l’homme, pour commencer, mais aussi parce qu’on ne peut pas vraiment se taire sans prendre la moindre position. Ceux et celles qui ont vu la séquence de ce vendredi entre Jazz et Heat ont forcément eu un avis avec la notion d’intention ou non pour fondement. Cet espèce d’in between un peu malsain nous impose cependant de devoir proposer une sorte de tranche, pour mieux aborder la suite. Alors allons-y gaiement. Comme on a pu le voir de nombreuses fois par le passé, des séquences dangereuses ont parfois lieu sur les parquets, certaines pouvant causer des blessures graves chez des adversaires. Kawhi Leonard et Zaza Pachulia seront les premiers à vous le confirmer. Et dans le cas de Gobert, le “pire” a eu lieu puisque son genou s’est tordu sous la pression d’un Dion Waiters perdant son équilibre. Perte d’équilibre ou tête baissée dans les genoux d’un opposant, chacun sa version et deux camps s’opposent déjà. Ce qui rassemble tout le monde, cependant, c’est ceci : Gobert a tenu à publiquement exprimer son mécontentement après la blessure dans la défaite des siens contre Miami, ce à quoi Waiters a donné sa propre version des faits. Extrait venant des deux intéressés.

“C’est plus rassurant que ce que cela montrait en vidéo. Je pense que c’était un sale geste, mais quoi qu’il en soit le plus important est de continuer à progresser et gagner demain. […] Il a plongé dans mes genoux. Un peu comme ce qui m’est arrivé précédemment avec le ligament médial, donc mon genou est ressorti de son socle et ensuite s’est remis en place.” – Rudy Gobert

“Je n’ai jamais été un sale joueur, de toute ma vie. J’allais vers le ballon. Dites-lui de se remettre de ses émotions, cette action s’est déroulée comme ça, rien de plus. Je ne savais même pas que c’était lui. Je me jetais vers la balle, c’est une action de basket. Et là il va sur les réseaux sociaux pour dire ça, je suis pas un gars des réseaux sociaux. Au final, cela n’a pas d’importance, dites-lui de s’en remettre. On a gagné, ils ont perdu, voilà.” – Dion Waiters

Intention, non-intention, telle est la question. Tellement difficile de juger ce type d’action, car un paquet de notions rentrent dans l’équation. Quel type de joueur est Waiters ? Physiquement, aurait-il pu éviter Gobert ? Et que peut-on faire contre ça ? Pour la NBA, trop compliqué de pouvoir intervenir et servir de juge. Tout simplement car, des ballons qui traînent avec des joueurs qui plongent, on en voit tous les soirs sur le circuit. Et ce serait un enfer que de devoir se poser quotidiennement sur chaque contact, histoire de voir si machin avait “l’intention” de blesser quelqu’un, s’il aurait pu “l’éviter” pour ne pas causer de blessures. Le dossier Pachulia des derniers Playoffs revient forcément sur le devant de la scène, dans ce genre de situation. Comment juger l’intention ? Sur le CV d’un joueur ? Possible, ce qui avait provoqué par ailleurs une réaction volcanique de Gregg Popovich. Mais dans le cas de Waiters, difficile de créer un tableau de chasse complet, même si l’arrière a ensuite été zieuté pour avoir fait tomber Andre Drummond ce dimanche sur un écran musclé de l’intérieur de Detroit. Physiquement parlant, à Utah, Dion perd clairement son équilibre au moment où il souhaite poser son pied droit au sol. Mais c’est la trajectoire prise qui intrigue forcément, quand on le voit débouler vers la droite alors qu’il “peut” aller tout droit. Sauf que, rien que là, en essayant d’analyser rationnellement un comportement physique, on est déjà dans le faux. Pour la simple et bonne raison qu’on ne peut juger dans notre canapé ce qu’un corps doit ou ne doit pas faire dans une situation aussi compétitive. Des gestes du genre, on en a au quotidien en NBA, sauf qu’on en fait forcément une tonne quand une conséquence grave a lieu. C’est d’ailleurs tout aussi normal que Gobert s’énerve, car cet in between mentionné initialement le permet.

Être au mauvais endroit, au mauvais moment, et subir un geste très maladroit, voilà comment pourrait-on résumer la séquence entre Rudy Gobert et Dion Waiters ce vendredi. Difficile de demander à l’arrière de penser à son atterrissage quand il est déjà quasiment au sol, difficile aussi de demander au pivot d’accepter un tel sort sans rien dire alors qu’il voulait juste jouer proprement. Move on.  


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top