Rockets

Triple-double pour James Harden, Houston termine les Cavs à la maison : code 35-11-13 pour le barbu

On en parlait dans la preview du match, il a gentiment confirmé tout ça devant son public. James Harden est à un niveau supérieur dans ses performances, les Cavs l’ont malheureusement aperçu cette nuit (117-113).

Joueur de la semaine, et sur d’excellentes bases pour être joueur du mois. Même s’il reste encore une vingtaine de jours, et donc de nombreux retournements de situations possibles, il faut avouer que sur cette première dizaine du mois de novembre, personne ne peut véritablement aller chercher le barbu des Rockets. Après un début de saison qui avait été clairement marqué par les Giannis, les Blake et les Porzingis, Harden a gentiment préchauffé de son côté, sans stresser, assurant le bon fonctionnement de sa machine pendant que Chris Paul admirait la puissance de son nouveau coéquipier. Trois victoires de suite avant le match de ce jeudi, trois grosses performances du cuisiner ambidextre. La plus marquante étant la pige à 56 unités contre Utah, mais les pépites à New York et Atlanta était pas mal non plus. Cette nuit, Houston recevait Cleveland, et le risque était bien là. Celui de perdre à domicile, sachant que les Cavs sont plutôt du genre à se ramener concentrés face aux grosses écuries sur ce premier mois de compétition. D’abord loin d’inquiéter les hôtes, LeBron James et sa clique se redressaient dans le second quart, reprenaient une sauce après la pause et entamaient un furieux comeback en toute fin de rencontre. Un run inespéré qui permettait aux Cavs de croire à un potentiel hold-up, les 13 points d’avance des Rockets en plein quatrième quart fondant comme neige au soleil. Heureusement, Clint Capela sortait les ailes et tapait même un Charo après un alley-oop salvateur, sur un caviar dont on vous laissera deviner l’origine.

James Harden, forcément. Et comme si souvent, à Houston. C’est à Charlotte que le barbu avait tapé son premier triple-double de la saison, le seul, pour le moment. Déception de riche chez ses fans, eux qui avaient été bercés par le flot de TD déversé tout au long de la dernière campagne. Mais qu’ils se rassurent, apparemment l’intéressé a l’air de monter en température et Cleveland a eu droit au mode ébullition. Trop incisif dès le premier quart-temps, trop serein dans son système, Harden installait les couverts, la nappe, les chaises et les assiettes pour que ses invités se régalent. Et c’est peu dire si ces derniers se gavaient face à une défense des plus poreuses. Clint Capela notamment, auteur d’un gros double-double (19-13), mais aussi la paire Ariza – Gordon qui calait 37 précieux points en soutien aux deux pépères du pick and roll texan. C’est justement eux qu’on retrouvait sur cette toute fin de rencontre, James envoyant une prière en l’air pour son Suisse préféré, plein d’altruisme. Terminant l’action et par la même occasion les espoirs des visiteurs, Clint pouvait remercier son barbu pour avoir encore eu le bon réflexe au bon moment. Match bouclé dans la douleur, mais match bouclé quand même, Harden s’offre 35 points, 11 rebonds, 13 passes et 5 interceptions, ce genre de ligne qui nous faisait soupirer l’an dernier. Mais peut-être est-ce ça, aussi, le bonheur de ce début de saison régulière. Avec des performances moins stratosphériques venant d’OKC, prendrons-nous davantage conscience de celles venant de Houston ? Maybe.

La victoire, elle, n’était pas impressionnante mais vitale. Houston ne pouvait s’incliner contre Cleveland, pas ces Cavs. Avant de recevoir Memphis et tenter de se venger après la gamelle du début de saison, Harden a fait le job et ses coéquipiers à ses côtés. Décidément, ce début de saison est réservé au barbu.

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top