Suns

Le retour du dragon : Goran Dragic passe par Phoenix et claque 29 points pour relancer le Heat

Les arceaux étaient familiers. Voilà comment Goran Dragic a résumé, avec le sourire, sa belle performance de la nuit, permettant au Heat de vaincre les Suns dans l’Arizona (126-115). Le meneur connaît bien la région.

Ce n’est pas forcément une date qui était entourée au marqueur, sur le calendrier du Slovène, mais les sentiments étaient forcément mélangés en retrouvant des paysages bien connus. L’aéroport, la route, le vestiaire adverse, le parquet, la disposition du public, la sono, tous ces petits éléments qui font que, même en tant qu’adversaire des Suns, Dragic pouvait se sentir de nouveau chez lui. Avec un Tyler Johnson malade et donc une ligne arrière de Miami plus légère, Goran savait qu’il devait activer son mode. Celui du dragster, incisif, leader, qu’on a vu plus d’une fois avec le maillot du Heat, mais aussi avec le maillot de Phoenix. Et dans ce long roadtrip réservé aux hommes d’Erik Spoelstra, il n’y avait pas la place pour deux défaites consécutives. La franchise de Floride s’était déjà mangée les pieds dans le tapis à Denver, puis chez les Warriors, il était donc hors de question de subir un nouvel affront cette fois dans l’Arizona. Dragic a donc été au coeur de l’action et du push réalisé pour que son équipe l’emporte, notamment dans le troisième quart-temps, lorsqu’il fallait enfoncer la tête des jeunes Suns dans le sable. Une période remportée par les hommes de Jay Triano, mais Goran limitait la casse à lui seul en plantant 10 de ses 29 pions avec des décisions toujours aussi propres. Proches du Heat, les hôtes espéraient l’emporter au finish mais l’expérience des visiteurs faisait le reste.

C’est aussi le réveil d’Hassan Whiteside qui était plaisant à observer, lui qui avait été fortement critiqué pour son match fantomatique à Golden State. Pourtant attendu, le géant avait choqué les siens en étant totalement à côté de ses pompes, Spoelstra décidant même de le punir en lui offrant le banc comme seul repas du soir. Provoquer Whiteside ? Une bien bonne idée en interne, puisque ce bon Hassan offrira un sérieux double-double (23-10) afin de venir en aide à son meneur. Le retour du papa Dion Waiters était également appréciable. Mais alors pourquoi parler d’une simple victoire de Miami à Phoenix, deux équipes qu’on ne verra certainement pas en juin prochain ? Tout simplement car le Heat, dans son roadtrip, a besoin de ce type de succès pour tenter un finish de rêve. Avec Utah et Detroit à venir au niveau des déplacements, puis un combo Wizards-Wizards en 48h la semaine prochaine, Goran et ses potes vont devoir proposer encore mieux. On parlait justement de ce besoin de survie à Miami sur ce début de saison, avec un calendrier féroce et des absences importantes, finir le roadtrip de la bonne manière sera un excellent moyen de voir si ce groupe en a dans le coffre. Le Jazz est tendu à prendre chez lui, tout comme les Pistons qui sont en forme dans leur nouvelle enceinte. Le tout suivi par deux matchs contre Washington, que nous offrira le Heat sur ces quatre rencontres ?

Si Miami souhaite atteindre 2018 avec le sourire, peut-être faudra-t-il que Goran Dragic joue plus souvent avec les deux pieds sur l’accélérateur. Probablement pas 29 points tous les soirs, mais la vingtaine sera demandée, à un leader sur qui tous ses coéquipiers vont compter.

Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top