Jazz

Utah régale à la maison : Rudy Gobert ultra-clutch, Ricky Rubio et Donovan Mitchell terminent les Blazers

Rudy Gobert

The Stifle Tower a encore fait du sale, ici sur la tentative de tir de la gagne de Lillard.

Source image : NBA League Pass

Face à des Blazers déterminés et avec un match qui leur glissait entre les doigts, le Jazz a réussi à l’emporter en prolongation (112-103) grâce aux efforts d’un trio possédé : grosse ambiance à Utah, on ne l’emporte pas comme ça chez les Mormons.

Au coeur. Au coeur, aux couilles et aux tripes. Voilà comment il fallait y aller, ce mercredi, pour renverser le match et empêcher Portland de repartir avec une précieuse victoire en déplacement. Rival de division oblige, on avait droit à du jeu physique et intense, venant de joueurs aussi jeunes que confiants. Un Damian Lillard gentiment brûlant s’occupait de la plupart des affaires des Blazers en duo avec Jusuf Nurkic, le meneur comprenant parfaitement qu’il allait devoir sortir le mode All-Star pour faire transpirer le Jazz. Quelques 33 points qui auraient pu mener les siens vers la gagne… notamment si son dernier tir dans le temps réglementaire avait fait ficelle. Sauf que le shoot de Lillard croisera la main, ou plutôt la cinquantième phalange, d’un certain Rudy Gobert. Habituellement mortel dans ces situations de fin de rencontre, Dame était suffisamment bien défendu pour que son floater en déséquilibre soit capté en haute altitude par un Gobzilla qui refusait de se faire assassiner au buzzer. Not in my house, mais à la française. D’ailleurs, quelques secondes auparavant, c’est le tricolore qui récupérait la gonfle pour égaliser d’un tomar ravageur, l’arceau local tremblant comme le public de Salt Lake City. Soulagés, les fans du Jazz voyaient alors cinq minutes bonus se présenter, en ayant évité la sanction d’un Lillard chaud-patate. Overtime ? Overtime.

Et en prolongations justement, c’est un tout autre type de scénario qui se déroula, loin des attentes des Blazers et même du joueur en question. Donovan Mitchell, rookie bourré de confiance et de talent, responsabilisé dans 5 minutes à faire vomir  n’importe quel novice. Nombreux sont les enfants qui paniqueraient et seraient la cible de fortes critiques dans cette situation, surtout dans une saison qui devrait voir le Jazz compter chaque victoire comme des perles des plus précieuses, course aux Playoffs oblige. Sauf que le terme « panique » ne semble pas faire partie du vocabulaire de Mitchell, lui qui installa les bases des siens dès le début de la prolongation et permit à Utah de dérouler sur les dernières minutes de jeu. Auteur d’un record en carrière 28 points en sortie de banc), Donovan était lui-même surpris de voir son propre coach lui filer autant de responsabilités aussi tôt. Pas forcément la pire des idées venant de Quin Snyder, comme on peut déjà le voir. Aux côtés de Mitchell, c’est Ricky Rubio qui se faisait plaisir en profitant de la défense poreuse des extérieurs adverses, l’Espagnol y allant de ses 30 points et des décisions sereines. Alors qu’il aurait pu s’en vouloir toute la nuit suite à un marcher sifflé contre lui, redonnant la balle à Portland à cinq secondes de la fin du temps réglementaire, Ricky faisait confiance à ses gars et laissait donc Sefolosha orienter Lillard vers Gobert. La suite, on la connaît, et la victoire du Jazz aussi. La homestand de Rudy et compagnie semble bien commencer du côté de Lac Salé Ville, il faudra confirmer en espérant que Rodney Hood offrira bien mieux que cette nuit. Mais le bonhomme peut être confiant, quand on voit le level de soutien à Utah on peut déjà sourire en imaginant le prochain copain qui sortira une grosse perf de nulle part.

Et une troisième victoire de suite pour le Jazz, celle-ci face à un poids lourd de la Conférence Ouest. Sur une saison qui nous mènera forcément vers une nouvelle lute acharnée pour les Playoffs, chaque effort compte. Celui proposé par Utah cette nuit était exemplaire, il faudra le reproduire en permanence pour mettre toutes les chances de leur côté.

Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top