Pacers

Victor Oladipo tue les Spurs d’un tir ultra-clutch : victoire des Pacers, Pipo sort la flûte magique à domicile

Ceux qui ont vécu la rencontre en direct on pu exploser sur ce finish irrespirable à Indianapolis. Proches du drame alors qu’ils menaient la partie, les Pacers ont finalement pu compter sur un Victor Oladipo très clutch pour repartir avec la victoire (97-94).

C’était moins une, comme dirait l’autre. Le genre de rencontre que les Spurs auraient pu et dû gagner une dizaine de fois, eux qui avaient entamé leur comeback au bon moment et espéraient enfoncer les hommes de Nate McMillan dans leur propre camp. Traînant tout au long de la partie en tentant de suivre le rythme des hôtes, les artificiers de San Antonio avaient bien du mal à s’en sortir, et ce malgré la vilaine défaite de l’avant-veille à Orlando. Traquenard évoqué en preview, la vitesse et la jeunesse des Pacers pouvait causer des problèmes aux visiteurs. Ce qui se vérifia tout au long de la rencontre, un immense Domantas Sabonis se régalant des intérieurs des Spurs. Pourtant, Pau Gasol faisait le boulot en duo avec LaMarcus Aldridge, afin de permettre aux noirs et blancs de revenir dans la partie. Une première mi-temps dégueulasse, menant à une gueulante évidente de Gregg Popovich, soudainement San Antonio retrouvait son basket et Indiana… perdait un poil le sien. Gloups. Sans paniquer pour autant, mais une forte odeur de défaite naïve planait dans le Bankers Life FieldHouse du coin. Il fallait donc voir si les efforts des plus jeunes Pacers pour tenir la baraque allaient payer en toute fin de match, si les fondations allaient craquer au finish, et surtout si quelqu’un pouvait step up afin de planter du gros shoot dans le money time. La réponse à ces interrogations ? Vicky Oladipo, qui dévoila ses plus belles cartouches au moment où Indianapolis en avait le plus besoin.

Déjà particulièrement chaud sur ce début de saison, comme nous le soulignions ici, Oladipo était en rythme et se défaisait assez bien de la défense imposée sur lui par un Gregg Popovich conscient des progrès du bonhomme. Perdant la balle à 7 reprises, Pipo montrait forcément quelques moments de faiblesse face à ce cadenas texan proposé en fin de semaine. Mais ce ne sont pas ces déchets qui démotivaient la bête pour autant. Déjà auteur de quelques paniers bien sentis dont un and-one crucial sur Gasol en toute fin de rencontre, Victor savait qu’il allait pouvoir obtenir la balle pour tenter de tuer le match. Un spot dont il avait toujours rêvé, mais qu’il n’avait jamais obtenu à OKC, quelques rares fois au Magic. Avec un score à égalité (94-94) et une horloge s’écoulant à une vitesse impressionnante, l’arrière décidait de toiser LaMarcus Aldridge pour prendre un tir à trois-points suite à un gros stepback. L’intérieur des Spurs fait sa part du boulot, il tend le bras et force un tir compliqué qui semble toucher les toiles calés dans le plafond de l’arène. Sauf que dans sa descente, la balle réalise une courbe parfaite et qui transperce les filets en même temps que le coeur des joueurs de San Antonio. Dagger ! Alors que les visiteurs avaient tenté leur comeback, Oladipo tuait tout espoir avec ce tir synonyme de game over entre ces deux équipes. Pourtant loin d’être un pro à distance, malgré de gros progrès sur ce début de saison, Victor confirmait son début de saison fantastique avec une nouvelle perle : victoire d’Indiana face aux Spurs et posage de brouette sur la place du village, du Pipo comme on aime.

Et qui est-ce qui finit encore une fois à plus de 20 points ? C’est bien lui, ce bon Vicky. Leader offensif des Pacers, magnifiquement aidé ce dimanche par Sabonis et Bogdanovic, pour un nouveau succès des jeunes d’Indy. Décidément, il est pas tout mal le package en échange de Paul George, à l’heure actuelle…

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top