Equipes

Dallas, ton univers impitoyable : 3 défaites en 3 matchs, ça sent la saison longue pour Dirk et compagnie

Dirk Nowitzki
Source image : YouTube

Difficile de faire des conclusions hâtives sans se marrer, mais dans le cas des Mavs il faut bien avouer que nous sommes dans un cas contraire. Trois matchs pour Dallas, trois défaites, l’ambiance doit être sympatoche dans le vestiaire de Rick Carlisle…

Toujours garder en tête l’exemple de Miami l’an dernier pour ne pas tomber dans la fatalité. Cependant, nombreux sont ceux qui ont soupiré, au moins une fois, en regardant les Mavs jouer. Même leur résultat, rien qu’en les regardant, n’inspirent pas vraiment confiance. En démarrage de saison, un duel avec les Hawks à domicile, qui a vite tourné au malaise en voyant Dennis Schröder être le meilleur Allemand de toute la salle. Plutôt culotté, quand on se ramène chez Dirk. Profitant de la défense poreuse de Dallas, Atlanta galopait dans tous les sens et pratiquait un basket comme 29 autres équipes sont capables de proposer. Défense, rebond, on trace et on gratte des points aisés. En face ? Dirk, Barnes et Matthews étaient à la traîne, regardant les jeunes de Mike Budenholzer les punir tout en se disant qu’il ne s’agissait que d’un match. Le seul élément véritablement excitant de ce match était le début de l’ère Dennis Smith Jr, le rookie faisant péter l’arceau et une solide performance (16 points, 10 passes) devant un public conquis. Confiant, agressif, DSJ y allait de son petit double-double et nous faisait croire que la suite serait joyeuse à vivre. Sauf que le garçon… a été écarté des terrains, à cause de pépins sur son genou gauche. Gonflements, douleurs, drapeau blanc venant du staff des Mavs. On ne prend pas de risques avec notre investissement majeur, sa carrière doit être longue. Sauf qu’en retirant le dragster de Dallas, on s’est rapidement retrouvé à regarder une équipe de Dallas… au jeu des plus tristes.

Repos jeudi, venue des Kings vendredi, et boom, encore une désillusion. Défaite à domicile contre Sacramento ? En ne marquant que 88 points sur l’armée de Dave Joerger ? Abattu, Wes Matthews rangeait son pistolet à eau qu’il venait d’utiliser avec délicatesse (0/7 à trois points), pendant que J.J. Barea se demandait s’il était vraiment en 2017. Compliqué de passer un weekend serein quand vous l’entamez ainsi, surtout que les Mavs devaient ensuite assumer un back-to-back… à Houston. N’en jetez plus, la coupe est pleine. James Harden et ses potes se baladent face à une équipe qu’on a du mal à voir gagner le moindre match sous ce dispositif actuel, le dernier quart-temps servant de tampon pour éviter de dépasser les 30 points d’écart. Du coup, ce dimanche, Dirk se retrouve avec trois matchs, trois défaites, un rookie attendu mais sur le côté, un Seth Curry absent, et un programme qu’on vous proposera en demandant l’accord de vos parents avant de le regarder. Pour faire simple, disons que sur les trois prochaines semaines, l’équipe de Rick Carlisle va jouer Golden State, Memphis trois fois, le Thunder deux fois, San Antonio deux fois, les Cavs, Boston, Milwaukee, Minnesota deux fois, le Jazz, les Clippers et Washington. En gros, les seuls breaks auront potentiellement lieu face à Philadelphie (28 octobre), New Orleans (3 novembre), et puis c’est tout. On croise évidemment les doigts pour qu’une rencontre à domicile soit suffisamment serrée pour que le finish soit en leur faveur, mais nous sommes bien actuellement à l’approche d’un virage qui pourrait totalement démotiver un groupe à peine rassemblé. Un retour de Dennis Smith Jr, un « Dirk Game », voilà ce qu’on peut envisager dans le cadre d’une victoire, mais à part ça on va surtout envisager les mouchoirs et les couvertures en pensant au Wunderkind…

Trop short niveau talent, trop jeunes pour affronter les matchs avec expérience, trop malchanceux en jouant à l’Ouest et trop blessés en ce début de saison, les Mavs sont très mal barrés alors qu’on vient de reprendre la compétition. L’espoir ? Voir DSJ revenir et Seth Curry le plus vite possible. La réalité ? Accrochez-vous, ces prochaines semaines risquent d’être violentes…

1 Comment

1 Comment

  1. crapulox

    25 octobre 2017 à 8 h 48 min at 8 h 48 min

    Franchement je suis triste de voir Dirk se déplacer ainsi sur un terrain de basket. Y’a des fois faut savoir raccrocher. Chaque image du GRAND Dirk cette saison sera une souffrance et ça me fout les boules !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top