Hornets

Pour Michael Jordan, il n’y aura que deux équipes et 28 autres flinguées cette saison : vraiment…?

Michael Jordan
Source image : drodd.com

On l’a vu plus calme et sage lorsqu’il parlait de sa passion pour le basket, on l’a retrouvé grand parleur et provocateur dans la même interview avec Cigar Aficionado. Pour Jojo, seules deux équipes sortent du lot en tant que superteams, tandis que les autres ne sont que du… “garbage“. 

Vu comment l’été 2017 s’est révélé riche en rebondissements, la saison qui arrive s’annonce des plus excitantes. Comment la mayonnaise va prendre dans les franchises de l’Ouest qui ont réussi à attirer du gros poisson ? L’année dernière, seuls Warriors et Cavaliers pouvaient prétendre à l’appellation de superteams, tandis que d’autres, moins tape-à-l’oeil, restaient tout de même des grosses écuries. On parle des Spurs, des Rockets, des Knicks sans se pisser dessus… Aujourd’hui, on peut compter au moins deux superteams en plus. Car réunir PG, Melo, Westbrook d’un côté et Harden – CP3 de l’autre, c’est du mouvement qui crée de la superteam. Même les Spurs peuvent sortir leur épingle du jeu comme ils en ont l’habitude pour jouer les yeux dans les yeux avec tout ce beau monde. Pourtant, aux yeux de Jordan, 28 franchises seront nettement en-dessous de deux autres cette année, sans forcément dire lesquelles dans cette interview accordée à Cigar Aficionado. Serait-ce une pointe de jalousie que l’on peut voir dans ses propos ? Quand on voit le taf de Sam Presti ou de Daryl Morey cet été, on comprend que Sa Majesté soit un peu dégoûté de ne pas avoir réussi de tels tours de force. Mais, en tant que businessman avant tout, Jordan craint pour l’avenir de la NBA.

“Je pense que cela va endommager l’aspect global de la Ligue d’un point de vue compétitif. Vous allez avoir une ou deux équipes qui vont être incroyables, et 28 autres qui seront flinguées. Ou ils vont avoir des temps difficiles à survivre dans tout ce business.”

En tant que propriétaire des Hornets, Jojo en connaît un bout sur cet aspect business dont il parle. Car avec cette centralisation des meilleurs joueurs dans les meilleures équipes, les autres franchises au marché plus petit ou moins attractives sportivement doivent se contenter des miettes. Les disparités pouvant apparaître risquent en effet d’être mauvaises pour la saison régulière si chaque année, les mêmes équipes vont en Playoffs. On a déjà connu ce genre de situation l’année dernière avec les dominations écrasantes des Cavs et des Warriors sur leur conférence respective en PO. C’est sûr que pour se faire chier, on s’est fait chier tellement les séries étaient si peu serrées. Si le GOAT a raison sur ce point, on peut tout de même se montrer plus optimiste pour la saison à venir. Car voir que Thunder et Rockets ont construit leurs équipes uniquement dans l’optique de battre Golden State, ça ne peut nous laisser présumer que du lourd pour cette saison. De même pour Celtics et Wizards qui auront deux-trois choses à dire à l’Est, du moins en régulière. Mais si les propos de Jordan peuvent être contestables pour cette année, l’ancien Bull touche tout de même un point sensible de ce côté business. Comment garder une Ligue plus ou moins homogénéisée sans que quelques équipes finissent par prendre définitivement le pas sur d’autres franchises moins séduisantes ?

Même si la compétition semble “relancée” entre énorme guillemets cette année, attention à la direction que pourrait prendre la NBA. Voulons-nous les mêmes équipes sur-dominantes en Playoffs chaque année, nous offrant les mêmes séries sans même laisser leur chance aux autres ? Non. Mais l’histoire a déjà montré bien des retournements de situation, qu’on ne peut prédire début octobre… 

Source : SI.com

Les visiteurs ont tapé :


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top