Equipes

Quelle équipe sera “la surprise du chef” cette saison ? La rédaction de TrashTalk donne ses réponses

Heat
Source image : WSVN

Le plus facile en NBA ? Soutenir les équipes qui sont annoncées dans le haut de tableau. Le plus dur avant chaque nouvelle saison ? Savoir quelle armée va déjouer les pronostics, pour remuer la hiérarchie. Après le Heat de la saison dernière, la rédaction se pose sur les armées qui pourraient faire taire quelques fans.

Jamais facile de pronostiquer début-octobre sur ceux qui vont défier les observateurs, mais cela fait partie du jeu. On se penche sur les 30 franchises, on regarde les joueurs, les coachs, les patrons, on essaye de voir quelle direction sera prise et on a un petit pincement au niveau de la joue. Un début de sourire, un feeling, qui nous fait croire que cette équipe va sortir du lot. L’an passé, Heat et Nuggets avaient notamment surpris leur petit monde en secouant leur conférence, mais quelle équipe occupera ce poste cette saison ? Zoom sur les préférences des rédacteurs de TrashTalk, en mode Madame Irma.

DAVID : NEW YORK KNICKS

Attention, pas d’enflammade non plus, mais maintenant que la page Melo est tournée, l’effectif sait enfin sur quel pied danser : Porzingis est le franchise player et on construit autour de lui. Certes, il y a moins de talent que l’an dernier, mais ce n’est pas forcément une mauvaise nouvelle au MSG où on préfère les guerriers aux starlettes. À ce titre, c’est le retour à un niveau décent de Joakim Noah couplé à la Draft d’un autre Frenchy qui peuvent apporter la touche de grinta qui soulagera l’équipe et ravira les fans. Si sur le long terme on reste sceptique tant que Dolan sera dans le coin, on n’est pas à l’abri de tutoyer un bilan supérieur à la saison dernière pour cette année.

BEN : DETROIT PISTONS

Un rapide coup d’œil sur les projections de la saison pour se rendre compte que l’on enterre un peu vite les Pistons à l’Est. Dans leur nouvel écrin flambant neuf, les héros de Motor City seront pourtant revanchards après une saison maudite, marquée par les bobos de Reggie Jackson et la régression de Dédé Drummond. Le meneur voudra faire taire du monde pour justifier son contrat alors que le pivot souhaitera retrouver son rang de All-Star en commençant par travailler sur son adresse. L’arrivée d’Avery Bradley en provenance de Boston est aussi une bénédiction alors que son état d’esprit semble matcher à merveille avec la philosophie de jeu de SVG. Intraitable en défense, il va aussi pouvoir apporter davantage de scoring que son prédécesseur parti nourrir sa famille en Californie. Les Pistons ne peuvent objectivement pas faire pire que leurs 37W de la saison dernière et sont même en droit d’espérer un bilan positif à la mi-avril pour passer le cut des Playoffs, en terminant devant des formations comme les Sixers encore trop inexpérimentés ou le Magic par exemple.

ALEXANDRE : BROOKLYN NETS

Le boulot de Sean Marks pendant l’été a beaucoup de sens avec des mouvements bien équilibrés entre amélioration de l’effectif en place (D’Angelo Russell notamment) et vision à moyen et long terme. Le groupe est bien coaché par Kenny Atkinson, qui aura un peu plus de matière cette année pour faire produire du jeu à son équipe. Regarder les Nets va redevenir cool vous allez voir, et c’est déjà un premier pas très important.

PIERRE : MIAMI HEAT

Après avoir raté les Playoffs de très peu l’année dernière, l’équipe de South Beach est prête pour retrouver la postseason. Dion Waiters, James Johnson et Josh Richardson prolongés, Olynyk arrivé de Boston pour apporter un peu de technique au poste 4… Pat Riley semble parti pour conserver les fondations posées depuis le départ de Flash. Ça a plutôt bien réussi l’année dernière avec 41 wins et une deuxième partie de saison tout bonnement incroyable qui a fait passer les Warriors pour une équipe tout à fait banale. Un peu trop juste sur la fin et le cruel dénouement qui les a fait échouer à la neuvième place, Miami va pouvoir entamer cette saison avec de vrais objectifs. Hassan Whiteside pourrait également être monstrueux s’il essaie d’aller chercher sa première sélection All-Star. Ajoutez à cela le coaching et’ les rotations léchées d’Erik Spoelstra et vous vous rendrez compte que le Heat a tout pour accrocher une place parmi les 3 derniers playoffables. Ça va jouer aux tripes, et comme dans de nombreux sports, cela pourrait porter ses fruits.

GIOVANNI : LOS ANGELES LAKERS

Allez, soyons fous. On se calme direct, loin de moi l’idée de mettre les Lakers en Playoffs ni même au delà des 35 victoires cette saison, mais quelque chose me dit qu’on rigolera beaucoup moins cette année que les précédentes. Un coach qui a désormais bien (re)pris ses marques à L.A., un roster un peu plus équilibré avec les départs de D’Angelo, et Swaggy, un rookie dont on attend des merveilles et qui devrait faire – au moins – le service minimum, Brook Lopez pour jouer les assurances tout risques, le duo de jeunes-vieux Clarkson/Randle… et surtout celui que j’attends comme l’un des gros up de la saison : mon chouchou Brandon Ingram. Rajoutez à cela les babies Zubac et Kuzma et vous obtenez un roster excitant et bien coaché, qui me laisse à penser que ces Lakers ne seront probablement pas les poneys annoncés un peu partout. Pour préparer un futur un peu plus cool à moyen terme et habituer les gens à regarder les Lakers de nouveau …

BASTIEN DENVER NUGGETS

La saison dernière était celle de la séduction, celle-ci sera synonyme de confirmation. Discrètement, dans son coin, le management des Nuggets enchaîne les bonnes idées et réalise un nettoyage sérieux depuis plusieurs mois. Avec un cinq majeur doué (Jokic, Murray), des vétérans respectés (Millsap, Chandler) et un joker discret (Harris), Denver a un quintet en place. Derrière, vous avez un banc profond, doublé sur chaque poste (Mudiay, Plumlee, Hernangomez, Barton, Lyles), qui peut donc prévoir des soucis de blessures. Prenez le tout, faites-le coacher par un Mike Malone qui semble avoir la main sur son groupe, réalisez qu’ils ont gagné 40 matchs l’an dernier et vous obtenez une équipe de Playoffs les doigts dans le nez. Mieux que ça : les Nuggets seront une pure équipe du League Pass. De l’amour de basket.


2 Commentaires

2 Comments

  1. Pierre

    11 octobre 2017 à 10 h 59 min at 10 h 59 min

    Si je devais parier :
    Une équipe qu on attend à la Rue complet et qui finalement être pas loin du 8eme spot au final : Pacers
    Turner est déjà chaud
    Oladipo est pas le peintre qu on décrit à cause son contrat surpaye. Mais c est quand même un mec fiable
    Et si l autre cingle de Born ready décide de se remettre au taf et sortir du banc convenablement comme on le voit en pré saison

    Avec ces ingrédients, je les vois bien 9 ou 10 a l est ce qui serrait déjà un putain de miracle si on en croit leur côte actuelle

    Ps : on veut un nouvel épisode de TBNL

    • guillaume

      11 octobre 2017 à 12 h 20 min at 12 h 20 min

      Le Heat sera 3 eme a l’est oui oui oui.
      50 win dans la continuité de la deuxième partie de la saison dernière. Pour moi il ont un effectif largement plus complet que Toronto les Bucks et DC, un des meilleur coach de la ligue et il joue dans la division la plus faible de la ligue de quoi s’assurer un bon paquet de win.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top