Wizards

Rupture du tendon d’Achille pour Sheldon Mac : l’infirmerie de Washington se remplit déjà avant la reprise

Sheldon Mac
Source image : NBA League Pass

Mauvaise nouvelle pour Sheldon Mac qui va devoir passer la quasi-intégralité de la saison 2017-18 à regarder ses coéquipiers jouer. Après la pose d’un mauvais appui dimanche face aux Cavaliers, le sophomore s’est rompu le talon d’Achille, le mettant out entre six et huit mois.

C’est déjà dur d’enchaîner sa saison rookie puisque progresser est obligatoire si l’on veut rester dans l’élite, alors qu’est-ce que cela doit être de ne pas pouvoir jouer cette deuxième saison. On ne peut qu’avoir de la peine pour Sheldon Mac, lui qui avait sûrement très à coeur de jouer un peu plus que ses 9,6 minutes de moyenne l’an passé et d’apporter quelque chose en troisième rotation sur le poste d’arrière. Selon Shams Charania de The Vertical, les Wizards ont soupiré un bon coup en apprenant qu’il s’agissait d’une rupture du talon d’Achille pour l’arrière, lui qui sera opéré ce mardi. Une telle blessure pourrait bien être synonyme de rupture de contrat avec Washington, ce qui serait une suite triste mais logique puisque le garçon de 24 ans n’avait jusqu’alors pas un rôle prépondérant dans l’équipe. Vue l’importance qu’a ce poste, les Wizards vont devoir fignoler et bricoler pour trouver une autre rotation au poste 2. On doit aussi se demander s’il n’y a pas eu une malédiction vaudou jetée sur le vestiaire de Washington. Avec les absences de Markieff Morris pour le début de saison pour cause de pubalgie et de Tim Frazier touché à l’aine, ça commence à faire un paquet de blessés du côté de la capitale.

L’année dernière, Sheldon Mac n’avait pas beaucoup joué, n’apportant que trois petits points au cours des trente matchs durant lesquels il a joué. Pareil pour les Playoffs où il n’a connu que les garbage time. Pour un joueur non-drafté, ça reste très honorable. Cette année, il allait peut-être être davantage utilisé par Scott Brooks pour apporter du muscle et un peu de scoring en sortie de banc, après avoir bossé tout l’été avec John Wall. Il n’en sera rien cette saison pour Sheldon. Signe que tout peut aller très vite, il ne portait même pas ce nom il y a un an. Anciennement appelé Sheldon Reeves McClellan, le produit de l’université de Miami a légalement adopté son surnom qui lui a été attribué à Houston. Sheldon McClellan, c’est vrai que c’est un blaze dont même le champion du monde de Scrabble ne voudrait pas (il s’appelle d’ailleurs David Elgar). Alors que Sheldon Mac, ça claque un peu plus, ça évoque davantage le strass et les paillettes de la NBA. On espère pour lui qu’il n’aura pas à se reconvertir, et donc rechanger de nom dans le cas où aucune franchise ne lui propose un contrat au terme de sa blessure ou de la saison. Et puis, “Le retour de Mac”, c’est un beau clin d’oeil à Mark Morrison.

Difficile de ne pas être triste devant la blessure d’un joueur, surtout lorsqu’il n’est que rookie ou sophomore. L’idée de voir un talent gâché est en effet insupportable, encore plus si ces pépins physiques ruinent toute une enfance et une adolescence peuplées de rêves NBA. Courage, cher Sheldon.

Source : The Vertical


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top