Kings

DeMarcus Cousins a hâte de jouer à Sacramento le 26 octobre : tu m’étonnes, ça sent le carnage

DeMarcus Cousins
Source image : YouTube

S’il y a bien une date qu’on doit entourer tout de suite si ce n’est pas encore fait, c’est le 26 octobre. Premier match à Sacramento pour DeMarcus Cousins, dans la peau du visiteur : y’a moyen que ce soit épique.

Avec autant de haine envers le management et ce qui a été réalisé dans le dos du joueur, alors que d’autres promesses avaient été faites quelques jours plus tôt, on a déjà prévu de coucher les enfants assez tôt dans trois semaines. Un match qui n’a pas l’air plus intéressant que cela, sur le papier, et pourtant… Kings versus Pelicans un jeudi soir, quoi de plus excitant ? Non, c’est sûr, rien de bien chouette au premier coup d’oeil, sauf que la venue de Boogie Cousins au Golden 1 Center risque de provoquer une onde sismique de 57 sur l’échelle de Richter. Transféré en février dernier après avoir été rassuré par Vlade Divac qu’il n’irait nulle part, DeMarcus a déjà les narines qui chauffent. Certes, le monstre affirme que ce n’est qu’un match et qu’il souhaite le passer le plus vite possible, mais on sait très bien que cette soirée sera importante pour Cousins. Déjà émotionnellement, car il retrouvera un public qu’il l’a accueilli et aidé à devenir un homme ces dernières années. Mais sportivement aussi, car il aura une raquette de Sacramento à démembrer, avec la tête de Divac sur celle de chaque joueur tentant de défendre sur lui. Passé par Sirius XM Radio cette semaine, Boogie a annoncé la couleur.

J’ai hâte de jouer ce match. Et ce n’est même pas avec un sentiment de revanche dans mon coeur. En fait, je veux juste m’en débarrasser. L’an passé, j’avais beaucoup d’animosité envers le management, pas la ville ni les fans. Maintenant, j’ai tourné la page et je suis concentré sur ce qui approche. Je suis bien physiquement, je suis bien mentalement, j’adore mon équipe et mes coéquipiers. On a la possibilité de réaliser de grandes choses, donc je suis prêt.

Bla, bla, bla. Aucun doute sur le fait que le 25 au soir, Cousins recevra un demi-millier de message lui disant de tout déchirer le lendemain. Et quelque part, c’est tout ce qu’on lui souhaite. Une bonne grosse mixtape, avec la victoire, et un public qui l’applaudit pour ses efforts passés. Car aussi chiant soit-il, fût-il et est-il, DMC reste un joueur attachant. Une peluche qui peut arracher des têtes quand elle est frustrée, sauf qu’un peu de sérénité semble avoir été trouvé du côté de la Louisiane. On verra si ça tiendra toute la saison, mais on sait déjà que le 26 octobre sera un gros soir de matchs en NBA. Car le comeback de Cousins dans son ancienne franchise, avec Divac et Ranadive au premier rang, c’est le synopsis parfait pour un film porno en plein milieu d’un terrain de basket.

Vous savez donc quoi faire. Boulot, dîner, fête, proches, rien à foutre. Le 26 octobre, c’est devant ce Kings – Pelicans épique, qui pourrait nous offrir un DeMarcus Cousins au sommet de sa haine.

Source : Sirius XM Radio


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top