Bulls

Fred Hoiberg n’a pas fixé un nombre de victoires cette saison à ses joueurs : 8, ce serait déjà pas mal ?

Fred Hoiberg
Source image : NBA League Pass

Plus que quelques jours avant que l’immense saison des Bulls ne démarre. Une campagne qu’on attend vraiment avec impatience, sachant qu’il y a une forte odeur de tanking qui émane des rues de Chicago…

On s’était promis de ne pas du tout juger la pré-saison, elle qui ne doit donner aucun indice si ce n’est la forme physique de certains, et pourtant on est obligés de contracter pour ne pas exploser de rire en voyant les Bulls jouer. Déjà auteurs de quelques séquences merveilleuses dans la catégorie du Shaqtin, les poulains de Fred Hoiberg savent qu’ils vont en chier cette saison. Mais ce n’est pas forcément cela qui va déprimer qui que ce soit, l’effectif de l’Illinois étant rempli de joueurs souhaitant faire leurs marques en NBA. De Kris Dunn à Zach LaVine en passant par Lauri Markkanen, Denzel Valentine ou Cristiano Felicio, les Baby Bulls ont hâte que cette saison démarre. La mauvaise nouvelle, pour les fans ? C’est que les défaites risquent d’être nombreuses, d’octobre à avril. La bonne nouvelle, pour les joueurs ? C’est que ce bon Hoiberg n’a pas fixé de véritable objectif à ses joueurs, d’un point de vue numérique. Certes, il y a des thèmes et des étapes à franchir, mais pas de bilan donné à ses joueurs avec par exemple 20% des matchs remportés à domicile ou 100% des branlées entre 20 et 50 points derrière l’adversaire. On la joue open-bar à Chicago cette saison, ce qui se passe… se passe. Fred l’a souligné en passant chez Sirius XM Radio cette semaine.

On ne s’est pas fixé un objectif, au niveau des victoires-défaites en quelque sorte. On veut aborder chaque jour différemment et être compétitifs à l’entraînement. Pour s’améliorer, passer les étapes nécessaires, pour jouer de la bonne façon et donner notre effort maximal. Car c’est ça aussi, la NBA, si vous donnez un meilleur effort que l’équipe d’en face vous aurez toujours une chance de l’emporter. On veut donc se ramener tous les soirs en faisant confiance à ce long processus, et tenter de devenir meilleurs chaque fois qu’on se présente sur un terrain.

Vous pouvez lâcher un sourire, car le mot est lâché : effort, effort, effort. Voilà le terme préféré des entraîneurs et managers évoluant dans des équipes qu’on va retrouver dans les profondeurs de la Ligue. Non pas que les meilleures franchises du circuit ne parlent jamais d’effort et traînent les pieds, mais cette réponse est typique des armées vouées à en chier. On ne sait pas combien de matchs nous allons gagner, mais on va tout donner pour se donner une chance de l’emporter. Un discours qui plaît souvent aux supporters et évite le cinglant on en a plus rien à foutre et on se retrouve à la Lottery. Il n’empêche que la saison des Bulls sera intrigante, pas forcément pour la beauté du jeu pratiqué mais bien pour les nouvelles têtes qui tenteront de s’imposer dans cette grande jungle réservée aux adultes. Allez les petits, faites vous plaisir et ne regardez pas le score. Pas d’objectif, on se régale avant tout !

En attendant le merveilleux bilan qui sera proposé par Fred Hoiberg à la fin de la saison, lui qui est déjà une figure historique des Bulls. Mais pas dans le sens positif.

Source : Sirius XM Radio

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top