Blazers

Damian Lillard confirme, il ne quittera pas les Blazers en mode Kevin Durant : “je ne rejoindrai personne”

Damian Lillard
Source image : YouTube

Il avait déjà annoncé la couleur cet été, affirmant qu’il renoncerait volontiers à des bagues si c’était pour rester fidèle à Portland. Damian Lillard a remis ça, en restant droit sur ses positions : loyalty, loyalty, loyalty.

C’est pour la promotion de son dernier album, de ses derniers sons et bientôt ses nouvelles pompes, que le meneur des Blazers a pu s’exprimer sur le sujet. En effet, Dame était sur le canapé de “Everyday Struggle”, l’émission gérée par Complex, qui permet de discuter de plein de choses proches comme éloignées de la NBA. Rappeur sérieux en dehors des terrains, Lillard est aussi un garçon respecté pour ses avis tranchés et ses arguments assumés. Un bonhomme qui ne change pas de chemise en fonction de la mode et des tendances, préférant se regarder dans le miroir en sachant qu’il s’est conduit correctement. Et c’est justement sur la grande question des transferts que Damian a encore fait mouche, en tapant du poing sur la table à sa façon. Interrogé sur le départ de KD vers Golden State l’an dernier, Lillard a répété qu’il n’était pas du tout intéressé par ce type de comportement. Non pas que le meneur fusille Durant pour avoir fait ce qui lui plaisait, très loin de là même, mais disons que lorsqu’on lui demande s’il serait capable de faire un tel déménagement, le meneur a les poils hérissés. Non merci, je préfère rester dans mon équipe et trouver une solution pour finir par l’emporter.

“Le départ de Kevin Durant à Golden State, tu n’a pas vu ça en disant que c’était bidon.

Lillard: En fait, comme je l’ai dit concernant LaMarcus Aldridge, je n’aurais pas fait ça. Personnellement, je ne rejoindrai personne.

Tu rejoindrai LeBron, arrête…

Lillard: Non, comme je l’ai dit, je ne rejoindrai personne. Je ne remporterais pas un titre avant de partir et faire tous ces trucs de rassemblement. Sauf si c’est quelque chose que je ne contrôle pas. Mais je n’aurais pas fait ça.

Ok, mais si tu as 34 ans, sans bague, et deux de tes potes superstar sont dans une équipe, tu ne les rejoindrai pas ?

Lillard: “Si je dis tout ça, ce n’est pas parce que je le pense actuellement. C’est parce que je le pense, tout court. Je pense que si c’est ce qu’une personne souhaite faire, je ne suis pas énervé contre elle pour l’avoir fait. Je vous dis juste ce que je ne ferai pas. Ce n’est pas comme ça que ça se passera.”

De tels propos ne sont pas forcément “bien vus” d’un point de vue business dans la NBA actuelle, car la première réaction est de se dire que le management des Blazers va pouvoir profiter de ces déclarations pour proposer un contrat au rabais à Lillard. Mais ça, non seulement ce n’est pas pour demain, c’est aussi une affaire qui concerne Neil Olshey. Et vu le pragmatisme du GM de Portland, qui sait très bien à quel point son numéro 0 est important auprès des fans comme de la franchise, frustrer Damian serait la dernière des idées à mettre en application. Pour le moment, Lillard est sous contrat, grassement payé, et les paroles du joueur sont précieuses pour la visibilité des Blazers et de leurs supporters. Auteur de sa meilleure saison en carrière d’un point de vue numérique, Dame sait qu’il va devoir continuer sur sa voie en cartonnant tous les soirs à domicile comme à l’extérieur. Si ses performances et la présence de C.J. McCollum sont des éléments suffisamment excitants pour attirer du monde, peut-être que l’Oregon deviendra une destination prisée pour les quelques agents libres tentés par la création d’un Big Three à Portland. Offensivement, en tout cas, ajouter une dernière arme au duo déjà en place serait un calvaire pour les défenses adverses, déjà que défendre sur Dame et Cidjé représente une mission hardcore actuellement.

Rares sont les joueurs qui peuvent contrôler leurs transferts. Rares aussi sont les joueurs qui souhaitent persévérer dans leur franchise, dans la NBA actuelle. Lillard préfère un modèle à la Dirk qu’un modèle à la KD : autant vous dire qu’on valide carrément.

Source : Everyday Struggle – Complex


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top