Heat

Le Heat fait dans l’original avec Dion Waiters et Kelly Olynyk : 1 million en bonus s’ils restent en forme

Heat
Source image : Montage YouTube

Pour motiver ses joueurs et éviter de trop craquer la banque, le Heat a décidé de challenger Dion Waiters et Kelly Olynyk : les deux zozos auront droit à un bonus s’ils respectent le deal imposé par la franchise.

Et de quel deal il s’agit ? Justement, on va y venir. Ce qu’on sait, avant cela, c’est que Pat Riley a fait le malin en utilisant sa petite marge financière en négociant des duels avec ses deux hommes. Le patron de la Floride voulait absolument éviter que le Heat se retrouve dans une situation de taxe, il a donc effectué son recrutement en ajoutant du challenge en bas de page. Pour Dion Waiters ? Il faudra jouer 70 matchs minimum cette saison, et dans ce cas sa popoche recevra 1,1 million. Un bonus qui devrait faire plaisir à l’arrière, lui qui a déjà dépassé cette barre trois fois en cinq années professionnelles. Sauf que pour Riley et Spoelstra, c’est aussi un moyen de motiver l’arrière, sachant qu’il a parfois tendance à se laisser aller. L’an dernier, Dion s’était ramené au camp d’entraînement dans un état critiquable, ce qui avait provoqué la colère de Patoche dans son bureau. Assis autour d’une table, le boss du Heat et le clan Waiters ont donc décidé de mettre cette barre des 70 matchs comme objectif minimum. Non seulement le bonhomme pourra en profiter en se mettant un beau million dans sa cagnotte, mais la franchise aussi sera bénéficiaire car elle ne se retrouvera pas dans la même situation que l’an dernier, avec 46 matchs joués et 36 passés en costard.

Concernant Kelly Olynyk, il s’agira de minutes puisque le total placé en fin de saison a été de 1700 minimum. Une barre que l’égérie de Schwarzkopf n’a jamais pu toucher en carrière, lui qui s’est arrêté à 1538 avec les Celtics la saison passée, mais qui pourrait être dépassée en fonction des choix d’Erik Spoelstra. Le coach du Heat devra justement articuler ses rotations intérieures avec ce qu’il a, que ce soit avec Bam Adebayo en potentiel back-up d’Hassan Whiteside, ou Olynyk pouvant être en cinq comme quelques rares minutes en quatre. Dans ce secteur des ailiers-forts justement, James Johnson a également eu droit à son petit bonus sur le contrat signé cet été, mais il s’agit avant tout d’une affaire de taux de masse graisseuse à surveiller. Un JJ qui devra donc faire attention sur la balance, pendant que Waiters sera là pour l’accompagner à la salle, histoire de faire un cours de Zumba en compagnie d’Olynyk. L’initiative est intéressante de la part du management de Miami, car cela pousse des compétiteurs à se donner pour leur argent, tout en gardant l’aspect collectif au centre des affaires. Kelly, par exemple, aura également un bonus si les Playoffs sont atteints. Et ça, c’est plutôt bien parti sur le papier.

On avait déjà vu Boris et les Spurs se mettre d’accord sur un deal du genre, en surveillant le poids du président, le Heat et bien d’autres franchises en ont fait de même cet été : allez, tous à la gym avec Dion et Kelly.

Source : Sun Sentinel

Les visiteurs ont tapé :


1 Comment

1 Comment

  1. astringues

    13 septembre 2017 à 13 h 02 min at 13 h 02 min

    La légende raconte que Babac n’a jamais touché sa prime 😉

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top