Bulls

Cameron Payne sera absent 3 à 4 mois : mais avec qui Lauri Markkanen va-t-il pouvoir danser ?

Cameron Payne Lauri Markkanen
Source image : Montage YouTube

On savait qu’il était blessé, mais on ne savait pas encore la durée future de son indisponibilité : Cameron Payne est passé par le billard et sera probablement absent jusqu’à Noël. Sympa pour les Bulls.

Ce qui est bien avec Chicago, c’est que tu tombes toujours sur une mauvaise nouvelle pour en contrer une bonne. Au départ, on tirait la gueule sévèrement dans les rues de l’Illinois, en voyant Jimmy Butler faire ses valises puis Dwyane Wade commencer les siennes. Un début d’été qui sentait pas le poisson frais, mais qui laissait entrevoir un rayon de soleil du côté d’Helsinki. Lauri Markkanen resplendissant avec sa sélection finlandaise sur le premier tour de l’EuroBasket, soudainement les pulls aux couleurs des Bulls étaient ressortis et on se mettait à apprendre la langue du phénomène sur Wikipédia. Malheureusement, la joie concernant l’un a été balancée avec la peine concernant l’autre, puisque c’est Cameron Payne qui a été obligé de devoir se faire opérer au pied droit. Gêné cet été, l’ancien prof de danse de Russell Westbrook n’a pas pu donner de cours en août et il a donc dû donner ses petons à un spécialiste. Ce vendredi, c’est le Chicago Tribune et le toujours excellent K.C. Johnson qui ont transmis la nouvelle : 3 à 4 mois d’absence prévus pour Payne, pas vraiment ce qui va arranger la saison des Bulls dont la preview initiale était déjà pas folichonne.

Sauf que chez TrashTalk, on aime bien voir le verre à moitié plein. On aime le boire, aussi, surtout en compagnie de Gérard, mais on aime le voir ainsi dans la plupart des situations, afin de ne pas terminer comme un toréador enfourché. Du coup, l’absence de Cameron devrait libérer un poil de temps de jeu supplémentaire pour différents profils justement intéressants : Kris Dunn, Jerian Grant et peut-être un peu de Denzel Valentine, voilà des options que Fred Hoiberg pourra tester cette année, entre deux ou trois tentatives de suicide. Le coach de Chicago sait que sa saison pue le tanking à plein nez, mais ce genre de campagne est aussi l’occasion pour certains de se faire un nom. Le joueur le plus intriguant est Dunn, évidemment, sachant qu’il a le plus de potentiel et de qualités liées à la NBA moderne. Loin d’avoir le shoot des meneurs de 2017, Kris reste une pépite en développement et même si son âge est déjà avancé grâce à son cursus universitaire (23 ans), il a de l’expérience à prendre sur le terrain. Inutile de préciser que, du terrain, il devrait en voir vu la concurrence à son poste cette saison. Pour Payne, on l’attendra gentiment d’ici Noël, avec un comeback prévu au mieux en mangeant le premier chocolat du calendrier.

Beaucoup de Payne pour Cameron, qui voulait devenir la meilleure amie de Lauri. On préchauffe, c’est septembre.

Source : Chicago Tribune


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top