Wizards

John Wall se lâche sur le classement des point guards : “Je suis le meilleur meneur two-way de la Ligue”

John Wall
Source image : YouTube

Le soleil a l’air de taper assez fort du côté de Miami. Présent là-bas cet été pour y bosser son jeu, John Wall nous a offert son classement des meneurs two-way : y’a lui en 1, en 1 et 2, en 1 et 2 et 3, sans concurrence.

Pas demain que Jean Mur va manquer de confiance en lui. C’est comme ça qu’il a pu atteindre l’élite de la Ligue, qu’il a pu faire de Washington une équipe redoutée dans le circuit actuel, et qu’il a pu faire du All-Star Game un rendez-vous obligatoirement en sa présence. Dans la dernière vidéo signée Ball is life qui le suivait tout cet été sur son régime de workouts, Wall était à l’entraînement avec LeBron James, Kelly Oubre et d’autres petits copains de son lycée, histoire de bien bosser sur son jeu. Une palette déjà ultra-polyvalente, mais qu’il faut continuer à développer car la concurrence est assez forte en NBA, surtout à son poste. Du meneur complet ? Il y en a à tour de bras en 2017. Mais ce n’est pas cette réalité qui va changer la façon de penser de John le dragster, lui qui a tout simplement affirmé qu’il est le meilleur meneur two-way de la Ligue aujourd’hui. Two-way ? Tout, ouais. Two-way, pour les allergiques de Shakespeare, c’est la façon réduite qui est utilisée pour parler de jeu des deux côtés du terrain. Un terme qu’un paquet de joueurs emprunte pour donner des titres spécifiques, comme lorsque Jordan indiquait dernièrement que Kawhi Leonard est le meilleur joueur two-way de la NBA actuellement. Dans la vidéo ci-dessous, dès l’intro, vous verrez donc John Wall à l’oeuvre, pendant qu’on s’échauffe les poignets.

Individuellement ? La mobylette des Wizards a de quoi ouvrir sa gueule. Après tout, on parle d’une peste défensive qui a bossé son jeu offensif, au point de devenir royal ces derniers mois. Jeu en transition, lecture demi-terrain, exécution, capacité à prendre le match à son compte, tir à distance, punition aux lancers, jouer Wall est devenu un calvaire pour n’importe quel meneur se ramenant dans la Capital One Arena. Cependant, on aimerait bien voir le garçon un peu plus à l’oeuvre en défense, pas juste dans le blabla ou sur trois séquences choisies au hasard. Souci de concentration ? Peut-être bien. Mais quand Dennis Schröder lui fait la totale au premier tour des derniers Playoffs, ça grince. Sans parler du round suivant, durant lequel la série tourna face à Boston lorsque… Bradley Beal fût envoyé en défense sur Isaiah Thomas. On va donc regarder la saison à venir avec des jumelles lorsqu’on se penchera sur la capitale, car entre Kobe qui a défié Wall d’intégrer l’élite défensive et les Wizards qui auront besoin de son scoring, John pourrait back-up ses propos avec quelque chose de concret. Et quand la régulière sera terminée, autant affirmer d’entrée qu’on aura le viseur pointé sur le dragster, lui qui aura un sale Game 7 des demis de 2017 à effacer, pour emmener les siens encore plus loin.

Allez, un peu de crème solaire autour du crâne, un replay des derniers Playoffs histoire de prendre les choses au sérieux, et on se retrouve dans un an histoire de voir si Wall a assumé… ou abusé dans ses propos.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top