Cavaliers

La grande question pour les Cavs : faut-il garder les picks de Draft ou faire all-in sur 2018 ?

LeBron James
Source image : YouTube

Avec un deal enfin officialisé cette nuit, les Cavs peuvent préparer leur saison en confiance. L’effectif est propre, les options du futur également. Mais une question demeure cependant.

Comment aborder cette campagne 2017-18, du point de vue du management local ?

Voilà l’interrogation qui reste, pesante, dans les murs du bureau de Koby Altman. Le nouveau GM, qui a vécu un été particulièrement actif pour ses débuts, connaît parfaitement le contexte dans lequel il arrive. Une transition opérée certes autour de Kyrie Irving, mais surtout un élément stressant et qui marquera l’actualité des Cavs tout au long de l’année : la free agency de LeBron James dès le 1er juillet 2018. Et autant ce bordel médiatique sera géré dans quelques mois, autant les décisions à prendre pour partir confiant seront attendues dans les prochaines semaines. Car s’il y a bien un feeling qui plane tel un nuage au-dessus de l’Ohio, c’est celui-ci. On n’a peut-être pas fini les emplettes du côté de Cleveland. Un doute, une affirmation, une question ? Un peu des trois, mais un jeu d’anticipation avant tout, car croire qu’Altman et Dan Gilbert en ont terminé avec leurs mouvements serait une potentielle erreur à ne surtout pas commettre. La free agency de LeBron “force” le management des Cavs à devoir prendre une grosse décision, notamment en ce qui concerne l’utilisation des picks de Draft récupérés dans le deal en échange de Kyrie.

Faut-il garder ces picks, ou bien les marchander au plus offrant ?

Une opposition qui se voit non seulement dans l’interrogation, mais qu’on verra aussi dans les fans qui peuplent les rues de l’Ohio. Car déjà, aujourd’hui, seulement quelques minutes après l’officialisation du transfert d’Irving, deux camps se font face. Il y a ceux qui, par inquiétude de perdre LeBron, veulent récupérer un gros joueur en échange du sésame symbolisée par le 1er tour de Draft 2018 des Nets. Un bijou qui peut se transformer en gros poisson, notamment chez ces franchises qui commenceront à bégayer vers mi-janvier, lorsque leur star s’approchera elle aussi de la free agency. Louer un All-Star pendant quelques mois, c’est prendre un énorme risque concernant l’avenir des Cavs, mais c’est aussi prouver à LeBron que le management veut jouer le titre sérieusement et faire chuter des Warriors divins. Face à cette école se trouve l’autre, celle qui semble d’ailleurs se rapprocher le plus de l’état d’esprit actuel d’Altman et sa bande. Ceux qui, par inquiétude également de voir LeBron partir, veulent éviter un avenir déprimant et conserveront donc le pick de Draft des Nets. Histoire d’obtenir un pur talent quoi qu’il arrive, même si James fait ses valises dans un an. Deux clans, deux pensées, deux grandes directions, mais une décision à prendre : d’aujourd’hui à mi-février, les Cavs vont continuer à se remuer.

C’est sans parler des rumeurs autour d’Iman Shumpert ou d’autres membres de la franchise de Cleveland, qui eux aussi seront au centre de futures rumeurs de transferts. Un gros deal vient d’avoir lieu, mais pas sûr que les Cavs aient finis leurs affaires…


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top