Knicks

Derrick Rose dénonce le bordel des Knicks : la trigonométrie, ça n’a jamais été son truc

Derrick Rose

Toujours ce triangle…

Source : YouTube / MSG Network

Derrick Rose vient de sortir l’information dont on ne se doutait pas du tout : apparemment, c’était le bordel chez les Knicks lors de la saison écoulée. Ah bon ? Tu n’y aurais pas contribué un peu aussi par hasard ? Ah non, le joueur parle du fiasco sur le terrain. 

L’été semblait être plus Rose l’année dernière chez les Knicks : Courtney Lee débarquait avec le sourire tout guilleret au Madison Square Garden, Derrick arrivait, certes en ambulance, en réservant une petite place au chaud pour Joakim Noah dans son véhicule usuel. De quoi donner un peu de baume au coeur à la fanbase de la franchise de la Grosse Pomme. Optimisme dites-vous? Que nenni. Une saison qui sera somme toute classique à Gotham City : un bordel. Une franchise à la dérive qui a vécu un bon gros cirque sous les pattes des maîtres en la matière : Monsieur Phil Jackson et James Dolan. Après Courtney qui a balancé avoir vécu une “saison agitée”, c’est désormais le nouveau back-up de Kyrie ou d’Isaiah – le suspense reste entier – qui a vidé son sac. Si l’on pouvait penser que le MVP 2011 parlait des moments incompréhensibles auxquels on a pu assister cette année, du genre les Charles Oakley expulsé du Garden, les absences non-prévues de D-Rose lui-même, les rumeurs sur le cas Melo alors que le garçon porte toujours le maillot des Knicks à l’approche du camp d’entraînement, et bien c’est un fourvoiement total. L’ancien des Bulls parle plutôt du bazar du terrain, et toujours de ce putain de triangle. Qu’il soit isocèle, rectangle ou équilatéral, Rose a clairement déclaré au micro d’Associated Press qu’il en avait ras la paupiette de se taper de la trigonométrie les soirs de match et qu’il ne comprenait pas les stratégies mises en place.

“Ce qui se passait sur le terrain était le plus fou selon moi. Les stratégies et tout le reste, c’était incompréhensible pour moi. C’était déroutant. C’est une expérience qui m’a permis d’apprendre.”

En effet, la saison sur le plan du basket aura encore été un beau fiasco chez les Knicks, malgré le talent indéniable présent dans le roster initial. Une douzième place à l’Est, un bilan encore sale de 31 victoires pour 51 défaites alors que l’on pouvait espérer une qualification en Playoffs quitte à tomber sur un gros cador de la Conférence dès le premier tour. Comble de la malchance, Derrick Rose qui semblait enfin reprendre un peu de plaisir sur le terrain, a dû ressortir sa carte vitale pour soigner, encore, l’un de ses genoux. Mais l’avenir pourrait s’éclaircir à NYC. Avec l’arrivée de la relève Frank Ntilikina et Tim Hardaway Jr, et si Carmelo décide d’accepter de donner la torche de franchise au baobab letton, la reconstruction au moins sur ce qui se passe sur le terrain, est possible. A cela s’ajoutent quelques vétérans tels que Ramon Sessions,  Michael Beasley, chauds comme jamais, apportant un peu d’équilibre dans un effectif loin d’être inintéressant. Le problème reste le même : le bordel se calmera-t-il au niveau du front office ? Parce que les joueurs ont beau vouloir tout donner sur le terrain, les décisions et déclarations faites en coulisses restent des facteurs considérables pour remettre la franchise sur de bons rails. Puisque le très bon coach Phil Jackson, moins mémorable en tant que manager est parti, le propriétaire n’aura plus de bouc émissaire pour justifier ses conneries.

Derrick Rose qui critique le cirque produit sur le terrain, c’est compréhensible quand on voit que les Knicks n’ont toujours pas réussi à relever leur niveau de jeu. Be careful quand même Derrick, tu pourrais être surpris du coaching dans l’Ohio, hein…

Source :  Slam Online


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top