Celtics

Mister Cool : Brad Stevens répond à un gosse qui lui demande pourquoi Isaiah a été transféré

Rien de mieux que d’apprendre à expliquer à un enfant ce qui se passe, pour savoir comment résumer un transfert en un temps imparti : Brad Stevens a pu s’entraîner ce weekend.

C’est qu’on parle souvent de Danny Ainge, de Koby Altman, de Kyrie Irving, d’Isaiah Thomas, de LeBron James et d’un paquet d’autres personnes intégrées dans les échanges récents entre Cavs et Celtics, mais que dire des entraîneurs ? Bon, Tyronn Lue on va le laisser tranquille, lui qui doit probablement apprendre actuellement que son management a signé Jose Calderon pour une saison. Mais Brad Stevens, lui, était au Hall of Fame de Springfield ce weekend et a pu répondre à un paquet de questions. Des sujets évidemment ciblés le plus loin possible de ces affaires de transferts, sauf que ce type d’initiative vient d’adultes qui réfléchissent un minimum. Alors quand un jeune fan de Boston débarque dans un t-shirt vert pour poser une question et qu’il sort the question, Stevens doit forcément changer de cap. On range les trade clauses, les salary cap, les tour de Draft protégé ou non-protégé et on revient au basique. Histoire que tout le monde capte le délire et que la réponse ne soit pas trop en bois. Mission réussie, coach.

Tu sais quoi ? Je pense que c’est une très bonne question. Et voilà ce que je vais te dire. Ce qu’il a fait à Boston pendant ces deux dernières années et demi a été incroyable. J’ai dit un peu plus tôt ce qu’il représentait pour moi, ce que je pense de lui, à quel point il a été important dans le vestiaire, et quel coéquipier il a été. Ces décisions sont très, très, très difficiles à prendre.

Et c’est la partie la plus dure quand on est un coach professionnel dans une équipe de basket. J’ai regardé plusieurs fois dans le vide et me suis dit, “honnêtement, avoir des garçons pendant quatre ans en université et savoir exactement quand ils viennent et quand ils s’en vont, c’est une assez bonne façon de faire les choses”. Donc c’est une question difficile à laquelle répondre.

Il est clair que pour l’ancien entraîneur de l’université de Butler, découvrir petit à petit la dureté du marché NBA peut parfois faire mal. On crée de vraies relations avec ses joueurs, on se voit gagner un titre avec eux, on traverse des épreuves douloureuses et on affronte les plus grands challenges professionnels ensemble. Sauf qu’avec Isaiah, Brad ne pourra plus partir à la guerre. Pire encore, il devra prochainement se mettre au boulot pour tenter de créer un plan anti-Isaiah, les Celtics croisant très probablement la route des Cavs au printemps prochain. Ce qui est sûr, c’est que l’entraîneur n’est pas prêt d’avoir mal au coeur, en connaissant le côté mitraillette de Danny Ainge. Un transfert qui a été acté à plusieurs, mais qui donne forcément une boule au ventre quand on a coaché un tel soldat.

Maintenant, prochain rendez-vous au Hall of Fame dans dix jours, puisque l’intronisation de la classe 2017 aura lieu le 8 septembre. Sans Isaiah Thomas, mais avec Isiah Thomas, afin d’applaudir Tracy McGrady.

Source : MassLive


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top