Jazz

Rudy Gobert est prêt à appuyer sur l’accélérateur : le Jazz devrait cavaler cette saison

Rudy Gobert
Source image : NBA League Pass

Avec un effectif remanié et une saveur franco-espagnole en tête du menu, le Jazz est prêt à créer une nouvelle page dans son histoire : Rudy Gobert est d’ailleurs confiant, le nouveau jeu pourrait être bien plus séduisant à Utah.

S’il y a bien une chose qu’on ne peut reprocher à Quin Snyder, c’est une incapacité totale à pouvoir s’ajuster à son groupe. Ces dernières années, le coach local avait ficelé un début d’identité solide en se basant sur une défense suffocante, des progrès directs se voyant dans les résultats puisque le Jazz retrouvait les Playoffs la saison dernière et cartonnait en régulière. Sauf que pendant l’été, deux joueurs majeurs ont claqué la porte et c’est un tout nouveau jeu auquel il va falloir penser. Gordon Hayward à Boston, George Hill à Sacramento, deux créateurs en moins ce n’est pas rien. Un challenge que Snyder est prêt à relever, et son pivot aussi. Rudy s’est en effet exprimé sur Sirius XM Radio cette semaine et après avoir encore envoyé des fleurs à Ricky Rubio son nouveau fournisseur de caviars, Gobzilla a lâché une petite preview de ce qui pourrait se passer dès la rentrée à Salt Lake City.

On va rester une équipe très défensive. On va rester une équipe qui fait beaucoup tourner le ballon, mais je crois que notre style de jeu va évoluer offensivement. Je pense qu’on va augmenter un peu plus le tempo avec Ricky Rubio, c’est un gars qui peut mettre du rythme balle en main donc ça va être super.

Sortez vos cahiers, bouchez vous les oreilles et plissez les yeux, on envoie la stat qui fait mal : Utah avait le plus faible rythme de jeu la saison passée, dans toute la Ligue. Pas une seule équipe jouait aussi peu de possessions par rencontre, le Jazz créant ses victoires sur un grind de 48 minutes qui apportait parfois ses limites. Moins de 94 possessions en 2016-17, c’était moins que Dallas, Memphis et San Antonio, trois autres équipes au rythme mollo. Alors certes, l’efficacité était belle à Salt Lake puisque le Jazz se situait en 12ème place dans toute la NBA d’un point de vue offensif, mais l’effectif a évolué et un jeu plus rapide pourrait clairement avantager les jeunes du coin. Rudy, Ricky, Dante Exum, Rodney Hood, Alec Burks, Thabo Sefolosha, Jonas Jerebko ou Donovan Mitchell, des joueurs qui peuvent galoper s’il le faut et n’hésiteront pas à pousser la balle dès qu’un stop défensif aura lieu. C’est cette transition identitaire qui sera intéressante à observer, car qui dit tempo rapide dit plus de freestyle, et qui dit plus de freestyle dit plus de potentielles erreurs.

28ème de la Ligue avec à peine 100 points par match, 30ème de la Ligue avec moins de 94 possessions par rencontre, le Jazz veut changer tout ça en gardant la même défense. Possible ? Oui, maintenant à vérifier.

Source : Sirius XM Radio


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top