Videos NBA

Flashback 2016/17 : quand Russell Westbrook paraphait son 42ème triple-double avec… le tir de l’année

Pour vous faire patienter avant l’Euro et – surtout- avant la reprise de la NBA en octobre, TrashTalk vous offre tout au long du mois d’août un condensé de ce qu’il s’est fait de mieux la saison passée. Des perfs de fous malades assaisonnées ça et là d’instants historiques, du retour de Kevin Durant dans l’Oklahoma jusqu’à son sacre en juin face à LeBron, en passant par les triples-doubles de Russell Westbrook ou les 30 000 points atteints par Dirk Nowitzki. On embarque ? Allez, on embarque.

Comment peut-on décemment prétendre résumer la saison de Russell Westbrook en quelques signes seulement ? Mission impossible évidemment, avec ou sans Tom Cruise. Un triple-double de moyenne en régulière, un triple-double de moyenne en Playoffs, le record all-time de TD sur une saison, cinq matchs à 50 points et plus, vingt-et-une sorties à plus de 40, des actions d’éclat en veux-tu en voilà… Les chiffres tombent comme de la pluie en Bretagne, les images d’une mixtape permanente nous reviennent sans cesse. On avait déjà parlé cet été de ce match face aux Suns qui avait vu l’animal claquer son career high à la passe en plus de nous avoir offert le caviar de l’année, place aujourd’hui à ce qui représente peut-être le bouquet final de son incroyable festin…

Nous sommes donc le 9 avril au Pepsi Center et le Thunder débarque dans le Colorado pour assoir un peu plus une place en Playoffs officiellement validée. Et l’évènement du soir n’est évidemment pas le crâne nouvellement rasé de Kenneth Faried mais bien un Russell Westbrook qui peut pénétrer un peu plus dans l’histoire en défonçant les portes. 41 triples-doubles avant ce match, et une dernière poussée de fièvre qui le ferait donc devenir le numero uno all-time devant Oscar Robertson. Mais Russell Westbrook va nous offrir encore bien plus que ça.

50 points à 17/32 au tir dont 5/12 du parking et 11/11 au lancer, 16 rebonds, 10 passes et 1 steal en 37 minutes

Car ce soir-là, l’électricité présente dans les travées du Pepsi Center annonce tout simplement une soirée historique et la météo sera celle que tout le monde annonçait. Russell Westbrook fait son match, se rapproche au gré des minutes de ce fameux 42ème triple-double, alors que de leur côté les Nuggets ne lâchent rien et continuent de croire à une qualification in extremis en Playoffs. A cinq minutes du terme, il ne manque plus qu’une petite passe au Brodie pour entrer dans l’histoire et chacune des offensives du Thunder fait se lever un public des Nuggets qui a bien compris que se jouait ce soir-là bien plus qu’une qualif en postseason. Un premier trois-points coquin histoire de repousser un peu plus l’échéance, et l’évènement arrivera finalement à un peu plus de quatre minutes du gong, avec une dixième assist pour Semaj Christon planqué à zéro degrés. Dixième passe de la soirée, lights on, on a ce qu’on était venu chercher en ce dimanche soir. Sauf que…

Sauf que l’énergumène va tout simplement réussir à faire passer son record au deuxième plan grâce à une fin de match absolument dantesque. Moins dix à deux minutes trente de la fin, et soudain l’accélération… Eurostep sur Danilo Gallinari, pump fake pour aller chercher trois lancers, deux points dans le trafic et voilà le Thunder revenu à deux petits points avec une dernière possession à jouer. La suite vous la connaissez tous, elle est déjà gravée dans le marbre : deux secondes à l’horloge, Singler qui sert Adams, qui sert Westbrook… et SHOOOOOT. What a perfect ending. Le chest bump de la win est également le plus beau de la saison, les têtes dans les tribunes et sur les bancs sont historiques et Russell Westbrook a donc réussi à nous coller dans la même soirée un match à 50/10/10, un record all-time de triples-doubles et le game winner le plus ouf de la saison. Tout simplement légendaire.

Car c’était ça le Russell Westbrook version 2016/17. Des stats, des chiffres, des perfs inoubliables. Chaque matin, chaque midi et chaque soir. Et la bonne idée d’adjoindre un magnifique scénario à cette grande histoire. On en frissonne encore.

Les stats de Russell Westbrook en 2016/17

  • Saison régulière : 31,6 points à 42,5% au tir dont 34,3% du parking, 84,5% au lancer, 10,7 rebonds, 10,4 passes et 1,6 steal
  • Playoffs : 37,4 points à 38,8% au tir dont 26,5% du parking et 80% au lancer, 11,6 rebonds, 10,8 passes et 2,4 steals

Le Top 5 de Russell Westbrook en 2016/17

  • 28 octobre vs Suns : 51 points à 17/44 au tir dont 2/10 du parking et 15/20 au lancer, 13 rebonds, 10 passes et 2 steals
  • 7 mars vs Blazers : 58 points à 21/39 au tir dont 3/9 du parking et 13/16 au lancer, 3 rebonds, 9 passes, 1 contre et 3 steals
  • 29 mars @ Magic : 57 points à 21/40 au tir dont 6/15 du parking et 9/11 au lancer, 13 rebonds, 11 passes et 3 steals
  • 9 avril @ Nuggets : 50 points à 17/32 au tir dont 5/12 du parking et 11/11 au lancer, 16 rebonds, 10 passes et 1 steal
  • 19 avril @ Rockets : 51 points à 17/43 au tir dont 2/11 du parking et 15/18 au lancer, 10 rebonds, 13 passes, 1 contre et 4 steals

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top