Equipes

Côté Cavs, comment comprendre le transfert entre Kyrie Irving et Isaiah Thomas ?

Cavs
Source image : @Cavs

Le transfert de cette nuit entre Cavs et Celtics incluant notamment Kyrie Irving et Isaiah Thomas doit être analysé dans les deux camps. Cela tombe bien, penchons-nous tout de suite sur la maison de Cleveland.

Nombreux sont les fans de la franchise située dans l’Ohio, qui savaient l’imminence d’un départ concernant Kyrie, mais attendaient de connaître – comme nous tous – le nom de l’équipe dans laquelle le meneur allait jouer. Plus important encore, la contrepartie devait être déterminée, pour ensuite l’analyser. Car s’il y a bien un groupe se situant dans un virage déterminant de son histoire, c’est celui possédé par Dan Gilbert. Le proprio des Cavs, qui s’est débarrassé de David Griffin en fin de juin dernier, a donné les clés de la Lambo au petit nouveau, et on peut dire que ce dernier a passé sa première leçon de conduite avec brio. Pour un first move en tant que GM à Cleveland, Koby Altman a fait fort. Inconnu du grand circuit et pourtant bras-droit de Griffin ces dernières années, Altman débarquait dans une situation stressante, qui l’imposait de devoir agir rapidement. Un camp d’entraînement en approche, un meneur All-Star ayant déjà fait ses valises, pas de quoi siroter un mojito sur une plage costaricienne en plein mois d’août. Voici donc les points majeurs et positifs concernant le deal de cette nuit, du point de vue des Cavs et de Koby le nouveau Mamba.

# Transférer Kyrie Irving contre quoi déjà ? Du talent, et du futur.

Le nouveau manager des Cavs avait été clair sur ses intentions et ses envies. En discussion au début du mois avec les Suns notamment, Altman n’avait pas tourné autour du pot pendant 200 ans. Pour tenter d’obtenir Kyrie Irving, il fallait inclure, dans la balance : un jeune joueur talentueux, un tour de Draft intéressant, et si possible un joueur confirmé. Triple-bingo pour le coup, puisque dans le package envoyé par Boston, on a été gâtés comme des petits fous à Cleveland. Isaiah Thomas coche la case du joueur confirmé, comme demandé. Et au poste de Kyrie qui plus est, culot total. Jae Crowder et Ante Zizic cochent la case des jeunes joueurs talentueux, car même si leur plafond reste limité, leur apport peut devenir intéressant dans l’Ohio. Mais alors la cerise sur le gâteau, c’est évidemment le pick de Draft 2018 des Nets, qui est non-protégé. Altman pourrait alors se ramener à la cérémonie de juin prochain en ayant fait les Finales, et avec un des meilleurs picks en sa possession. Le GM a tout simplement fait strike, ce qui est assez impressionnant pour son premier véritable move : toutes les cases ont été cochés.

# Rassurer LeBron et installer les bases pour le convaincre de rester.

Un des gros titres de cet été ? La haine de LeBron. Ou plutôt, son potentiel énervement, devant la situation de son équipe et la sienne. En laissant son GM opérer (quoique), le cyborg a pu voir des débuts prometteurs et un engagement complet dans son envie de verrouiller l’enfant de la région. Ce qui ne garantit absolument rien concernant la future décision de LBJ en juillet 2018, mais le message envoyé par Altman ce soir est aussi clair que fort : tu ne pourras pas dire qu’on se branlait pendant que l’horloge tournait. Récupérer un All-Star, un ailier défensif, un jeune à beau potentiel et surtout ce choix de Draft 2018, c’est faire de Cleveland une franchise potentiellement toujours aussi intéressante dans laquelle signer. Et même si l’avenir devra le confirmer, entre les pépins à la hanche d’Isaiah ou la beauté du pick des Nets, le GM de Cleveland a posé des bases pour que le speech du 1er juillet 2018 soit pertinent. Il existe un scénario dans lequel Thomas et LeBron se barrent ailleurs dans un an. Mais il y a aussi un scénario dans lequel Thomas et LeBron restent, du monde débarque et les Cavs deviennent encore plus forts.

# Réduire la masse salariale des Cavs, qui débordait comme jamais

Comme si ce n’était pas déjà assez insolent jusqu’ici, Altman a réussi une performance quasiment impensable il y a quelques jours. Faire en sorte que sa franchise réduise sa masse salariale, et donc la luxury tax à bientôt payer en direct du chéquier de Dan Gilbert. Sous pression à cause du titre remporté en 2016, David Griffin l’ex-GM avait dû distribuer du gros contrat à tour de bras, ce qui avait annoncé un avenir assez terrifiant pour les finances de Cleveland. Sauf qu’au lieu de payer près de 78 millions de dollars rien qu’en taxe future ? Altman a sorti son plus beau tour de magie et nous a réduit tout ça à 49 millions et des brouettes. Une somme encore importante, certes, mais obtenir autant en échange de Kyrie Irving tout en amincissant la facture, c’était quasiment inespéré. Bien évidemment, un tel move apporte aussi ses risques : aux deux années garanties d’Uncle Drew reviennent une seule année d’Isaiah Thomas, lui qui pourra prendre la porte sur le marché des agents libres dans un an. Mais au moins, pick des Nets en poche, les Cavs ne se seront pas fait totalement avoir dans un cas des plus catastrophiques.

# Du coup, quid d’Isaiah Thomas dans un an…?

Là viendra la grosse question chez Koby Altman, et une vraie réflexion à avoir sur le long-terme. Depuis des semaines, des mois même, le lutin n’a cessé de répéter qu’il valait un contrat max. Soixantième choix de Draft oblige, Isaiah veut enfin toucher ce qu’il mérite, après tant d’efforts et de performances. Il faudra donc que le management des Cavs se prépare à cette évidence, sachant qu’un paquet de franchises seront prêtes à rincer Thomas au cas où les négociations titubent en début de mois de juillet. Mais ce qui sera aussi intéressant à observer, c’est le retour en forme d’IT sur les parquets. Car aussi fabuleux fût-il jusqu’ici, le All-Star n’a pas encore pu montrer que sa hanche était ok. Dans le cas où sa saison est nettement moins bonne que les attentes placées sur lui, Thomas aura moins de leverage pour négocier et Altman pourra potentiellement diminuer son offre. Reste à voir si, campagne vitef ou pas, Isaiah demandera max les yeux fermés.

Sur le papier, les Cavs sont apparus cette nuit comme les clairs vainqueurs de ce transfert. Il faudra cependant attendre quelques mois avant de le confirmer entièrement : le pick de Draft des Nets en juin et la free agency d’Isaiah Thomas en juillet, l’été 2018 de Cleveland restera chaud… mais avec une pointe potentiellement bien plus optimiste.

Les visiteurs ont tapé :


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top