Lakers

Et si Magic Johnson s’était grillé tout seul en parlant de Paul George chez Jimmy Kimmel ?

Magic Johnson
Source image : YouTube

Suite à l’ouverture de l’investigation axée sur les Lakers, concernant l’affaire Paul George, c’est Magic Johnson qui doit avoir du mal à dormir : le prési a peut-être fait la boulette de trop.

Difficile de croire qu’une interview télévisée puisse mener à une enquête aussi approfondie. Et autant être clair d’entrée, ce n’est certainement pas la courte séquence ci-dessous qui va servir de fondement pour des accusations portées envers le prési des Lakers. Mais pour éveiller les soupçons et allumer le moteur des paranos ? Magic a peut-être bien fait strike, en étant invité chez Jimmy Kimmel il y a trois mois. Sur le plateau du présentateur qui accueille un paquet de stars sur ABC, le tout nouveau dirlo des Lakers s’exprimait sur de nombreux sujets dont l’été à venir. Et forcément, par souci de sensibilisation auprès du grand public, Kimmel se devait de poser la question à Johnson : en quoi peut-on ou ne peut-on pas communiquer avec des joueurs des équipes adverses ? Face à cette interrogation, Magic aurait pu la jouer tranquille et répondre avec sérieux… sauf que Magic reste Magic. Un clown en public, qui veut faire marrer la galerie et n’hésitera pas à surfer sur les limites pour s’attirer des louanges. Un côté ange-démon qui lui avait déjà joué des tours en tant que joueur dans les années 80, et qui pourrait à nouveau se retourner contre lui aujourd’hui.

– Mais qu’est-ce qui constitue une violation des règles ? Si par exemple vous êtes en voyage et que vous croisez Paul George par hasard, il vous est interdit de lui parler ?

– Non, on va se dire bonjour car nous nous connaissons bien.

– Je vois.

– Je ne peux juste pas dire, “hey, je veux que tu viennes jouer aux Lakers”, même si je vais lâcher des clins d’oeil de ce genre (rires). “Tu vois ce que je veux dire, hein ?” (rires)

Voilà le type de séquence qui, bien qu’amusante sur le papier, puisse rendre fous les dirigeants d’Indianapolis. Car d’un côté, la NBA insiste sur le fait qu’il existe des règles interdisant les échanges entre hauts-placés d’une franchise et joueurs d’une autre, mais de l’autre, difficile de les cerner concrètement. Des amendes peuvent être filées à droite comme à gauche, mais Adam Silver et ses sbires laissent-ils un peu trop libre-cours aux dirigeants, Magic montrant le plus flagrant des cas… en antenne nationale ? Typiquement le genre d’intervention publique qui a pu enflammer les bureaux des Pacers, alors que le départ de Paul George commençait à se ressentir à quelques semaines de son inévitable transfert. Une “blague”, pour Earvin Johnson, mais aux conséquences potentiellement lourdes si cette dernière attire les flics embauchés par la NBA et ces derniers trouvent quelconque élément violant les règles.

Moralité, si vous êtes invité à la téloche et dirigez une franchise NBA : gardez vos blagues en off, et faites marrer le public sur les Lakers actuels. Ce sera bien moins emmerdant.

Les visiteurs ont tapé :


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top