Cavs
PUBLI-RÉDACTIONNEL Dossiers NBA

Ennemis-alliés unis en NBA #4 : LeBron, Kyrie, Love et Tristan chez les Cavs

Source image : YouTube

Mettre son égo de côté et réaliser des exploits en groupe, une mission bien compliquée quand on est un compétiteur avec un énorme égo. Luke Cage, Jessica Jones, Iron Fist et Daredevil en savent quelque chose. En se basant sur le synopsis de Marvel’s The Defenders et en duo avec Netflix (la série sera en exclu chez eux), TrashTalk annonce la couleur et retrousse ses manches pour explorer l’histoire des ennemis-alliés légendaires en NBA. Quatrième quatuor à passer au scalpel ? Celui des Cavs, avec LeBron James, Kyrie Irving, Kevin Love et Tristan Thompson.

Difficile, aujourd’hui, de sortir les termes “ennemis” autour des deux All-Stars de Cleveland, quand on sait ce qui a été accompli avec le sourire ces dernières années. Mais difficile aussi, aujourd’hui, de ne pas froncer les sourcils en voyant la façon dont les récents événements se déroulent. Couvrant les coulisses de la franchise pendant de longs mois, afin que le public et les médias n’embrasent pas la situation, LeBron et sa compagnie ont peut-être oublié de vérifier chaque verrou. Une porte entrouverte, celle dans laquelle s’est engouffré le jeune meneur de Cleveland et a provoqué cette découverte générale du bordel en loge. Un Kyrie Irving frustré, décrit comme un enfant gâté par certains, mais à qui on doit tout de même donner quelques crédits. Car s’il y a bien un joueur – avec Kevin Love – ayant réalisé des sacrifices personnels pour le bien-être du collectif, c’est lui. Souvenons-nous de ce contrat de 5 ans, signé à l’été 2014, pour rester dans l’Ohio et devenir le véritable visage de la région dans sa reconstruction. Un surdoué qui pensait diriger les affaires, évoluer paisiblement, mettre les deux mains dans le feu certes, mais mûrir dans le processus. Cette perspective ? Elle ne durera… que 11 jours, LeBron annonçant son retour à Cleveland à la surprise générale. Se regarder dans la glace en tant que capitaine du bateau, avant de voir le vrai commandant se pointer dans votre dos et vous demander de lâcher le gouvernail ? Jamais facile, même avec tous les super-pouvoirs imaginables. Même avec Kevin Love qui s’adapte H24. Même avec Tristan Thompson qui fait le sale boulot. Même avec tout le succès du monde, celui qui viendra quelques mois plus tard.

Car du point de vue de son CV, Kyrie Irving ne semble avoir aucun intérêt à quitter les Cavs et ses coéquipiers confirmés. Champion NBA en 2016, héroïque au finish, champion olympique le même été, merveilleusement mis en avant et en constante progression statistique, comment vouloir fuir un tel royaume ? Plusieurs éléments de réponses peuvent être mis en avant, comme le possible départ de James à l’été 2018, mais on préférera garder le principal au centre des réflexions. Le fait que Kyrie Irving ne pouvait plus être dans l’ombre de LeBron. Un Robin soûlé derrière Batman, un petit B à côté du A+, un phénomène certes propriétaire d’un palmarès déjà bien fourni, mais jamais véritablement respecté dans la hiérarchie des meilleurs joueurs. Kevin Love devait le digérer en silence, Irving n’en pouvait plus.

Et ça, le camp du meneur de jeu n’a pas hésité à le dire, soulignant le fait qu’évoluer aux côtés de LeBron était devenu invivable. Pas dans le jeu, mais dans l’obtention de la gloire. Cette gloire qui attire chaque joueur, chaque compétiteur, chaque héro, chaque être souhaitant pousser au maximum ses capacités afin d’atteindre les étoiles. Quand LBJ est dans votre équipe, il n’y a pas de partage du temps passé sous les projecteurs, c’est comme ça. Love l’a bien compris en premier, alors qu’il était la Rolls Royce des ailiers-forts avant de venir à Cleveland. Est-ce qu’Irving se vautrera lamentablement en essayant de tout gérer comme un grand ? Peut-être bien. Est-ce qu’Irving aura tout de même une bague de champion et trois finales consécutives avec LeBron ? Bien évidemment. La suite, on le sait, sera épique. Car même en laissant le temps apaiser la situation, la réalité sera celle-ci. Kyrie a énervé un des meilleurs joueurs de l’histoire, et quitté une équipe dans laquelle il avait créé de vrais liens. La réponse sera sanglante…

Y’avait pas que Daredevil qui était aveugle dans son clan. Kyrie et LeBron avaient du mal à partager la même scène, et le second n’a rien vu des envies de départ du premier. Love et Thompson n’auront pas le choix, ils devront ramasser les pots cassés. Dernier dossier à venir ? On vous laisse la surprise cette fois-ci…

Advertisement


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top