Knicks

Charles Oakley sera privé de Madison Square Garden pendant un an : elle coûte cher, l’embrouille…

Charles Oakley
Source image : YouTube

On s’en souvient, comme si c’était hier. Charles Oakley, James Dolan, la sécurité du Madison Square Garden et une mêlée qui prend place : finalement Oak en aura pour un an sans accès au MSG…

Même quand on pense être peinards avec les Knicks, on a droit aux pires nouvelles. Même quand on est début-août et qu’on veut boire un petit jus sur la plage, on reçoit une info plombante sur la franchise new-yorkaise. Remettons les choses dans leur contexte. Le 8 février dernier, Oakley venait voir son ancienne équipe jouer, sauf qu’il s’était un peu trop approché de James Dolan, le proprio. Une proximité clairement pas au goût de ce dernier, la sécurité intervenant pour d’abord demander à Charles de changer de place, puis de quitter le stade, puis de ne pas se débattre pendant que l’affaire tournait au barfight. Scène affreuse pour les fans présents dans la salle, une ancienne légende du club se faisait traîner jusqu’aux portes du stade, on se demandait justement ce qui avait bien pu se passer. Forte dose d’alcool pour Oak diront certains, insultes répétées auprès du staff des Knicks diront d’autres, expulsion injuste également mentionnée, quoi qu’il en soit l’ancien donneur de tartes était furieux et promettait de traîner l’affaire en justice. Face à Dolan et ses avocats, l’affaire n’a pas duré très longtemps.

Les Knicks ont proposé un accord, et Charles a d’abord refusé de le prendre avant de finalement l’accepter. S’il pourra potentiellement poursuivre Dolan par la suite, Oakley devra commencer par respecter le deal suivant : ne pas faire de conneries pendant 6 mois, ne pas aller au Madison Square Garden pendant 1 an, et les accusations portées sur lui disparaîtront. Car initialement, on parle quand même d’agression, intrusion et harcèlement sur le papier, ce qui aurait pu faire lourd sur le casier du vétéran. Si tout se passe bien, les deux camps repartiront chacun de leur côté et on oubliera un peu plus cet incident, qui a quand même ponctué la nouvelle saison tristounette des Knicks. Pas de chance, Dolan reste, mais les doigts sont croisés pour que Scott Perry installe une nouvelle dynamique aux côtés de Steve Mills. Le GM sera attendu au taquet et devra lui aussi aider, à sa façon, à renouer de bons liens entre la franchise et quelques anciens.

En attendant la prochaine venue de Charles Oakley au MSG, on laissera James Dolan respirer pendant un an avant que les deux se recroisent. Can’t wait.

Source : New York Post


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top