Knicks

Carmelo Anthony refuse d’être transféré chez les Cavaliers : allo Houston, les Knicks ont un problème

Carmelo Anthony

Allo Houston, j’ai un problème.

source image : youtube

Carmelo Anthony est catégorique : il veut viser la lune avec les Rockets et rien d’autre. Que vous soyez sur un Banana Boat au beau milieu du Pacifique ou cloitré chez votre mère-grand en Ardèche, il ne vous a pas échappé que l’idylle Melo – Knicks est au point mort. Alors que le joueur arpente toujours les rues de la Big Apple devant la complexe organisation nécessaire pour l’échanger, le New York Post révèle que les Cavs sont désormais out dans les destinations envisagées par le Meloman. Mesdames, Messieurs trouvez-vous un siège confortable, la saga « Mélo sur le départ » ne vient que de commencer. 

C’est un sacré bordel outre-atlantique entre les situations de Kyrie Irving et de Carmelo Anthony. Même s’il était de notoriété publique que Captain Clutch préfèrerait former un nouveau Big 3 à Space City avec ses potos Harden et Paul, le New York Post révèle que les Cavaliers ne sont plus une destination envisageable pour le chouchou de Spike Lee. Why ? En raison du manque de stabilité du front office de la franchise de l’Ohio : come on Melo, ça te rappellera le bon vieux temps à NY City… Alors qu’ils étaient champions l’année dernière, les déclarations de Drew, de Chauncey Billups, le renvoi non renouvellement de David Griffin et le probable départ du King en 2018 ne font qu’accentuer la dégradation de l’image des Cavs, qui se classent aujourd’hui dans la liste des franchises à éviter. Après Jimmy Butler, à qui il avait été fortement conseillé de ne pas poser ses valises dans l’Ohio, c’est donc au tour du troisième choix de la Draft 2003 de refuser tout deal avec LeBron et compagnie sous peine d’activer sa trade-clause. La situation se complique donc pour les deux franchises : Cleveland qui misait sur les Knicks, équipe incluse dans la liste au Père Noël de Kyrie Irving, pour organiser l’échange de leur meneur, et les New-yorkais qui ne peuvent compter plus que sur les négociations avec les cowboys du Texas.

« Donne-moi Carmelo Anthony, je te refile Ryan Anderson en back-up de Kristaps », ou comment racketter en NBA. Alors que les Rockets aimeraient bien se débarrasser du poids financier que représente l’ailier fort encore sous contrat de 61,1 millions pour les trois prochaines saisons, les Knicks ont clairement senti l’arnaque de l’offre des Texans. Pour enfin conclure une romance de collégiens débutée il y a quelques semaines et en raison du manque de monnaie d’échange chez les Rockets, les deux franchises peuvent difficilement espérer signer quoi que ce soit sans l’intervention d’une troisième, voire d’une quatrième équipe. Dans le genre je t’échange Avenue Foch et une gare contre Rue de la Paix et un tour de draft, les négociations s’annoncent compliquées. Pour le moment, peu d’équipes se sont déclarées intéressées par ce Monopoly géant, surtout quand on sait que le joueur à échanger côté texan s’appelle Ryan Anderson.

Melo a déjà fait ses valises et le plein de la Toyota Center : il n’attend plus que le top départ. Mais les négociations risquent d’être encore longues entre les deux franchises au regard du déséquilibre des offres proposées. Il ne manquerait plus que Carmelo conserve le maillot des Knicks et Kyrie celui des Cavs la saison prochaine : bonjour l’ambiance au camp d’entraînement…

Source : CBS Sport


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top