Bucks

Les soldes continuent chez les Bucks, troisième démarque pour Greg Monroe : qui veut d’un pivot old-school?

Greg Monroe

Tout à 18 millions de balles sinon j’remballe.

source image : youtube

Ayant logiquement activé sa player option de 17,9 millions cet été, Greg Monroe n’a pas laissé le choix à Milwaukee qui souhaite l’échanger et lâcher du cap après la prolongation de Tony Snell. Loin d’avoir eu l’impact escompté depuis sa signature en 2015, le pivot des Bucks pourrait donc plier bagage si une offre intéressante est faite à la franchise. Faites attention quand même dans le Wisconsin : Greg, c’est pas n’importe quel sixième homme… 

Promis à un avenir radieux avec son copain Dédé Drummond, Greg Monroe vient de vivre sa moins bonne campagne statistique depuis sa saison rookie (11,7 points et 6,6 rebonds).  Ayant des difficultés à partager le joujou orange avec ses coéquipiers et manquant de mobilité des deux côtés du parquet, l’ancien Piston a vu son rôle se réduire à celui d’un scoreur remplaçant aux larges épaules. En effet, dans une équipe jeune et athlétique guidée par un potentiel futur MVP, le gaucher a eu du mal à trouver son équilibre avec son jeu, certes efficace, mais loin des standards actuels de la ligue. Alors que le pivot aborde sa dernière année de contrat et va vouloir prouver qu’il apporte plus qu’un Al Jefferson sous Red Bull, les Bucks peuvent donc avoir tout intérêt à l’échanger afin de récupérer une belle contrepartie. Reste à savoir qui pourrait s’intéresser à une espèce en voie d’extinction : le pivot des vieux jours, puissant, posté dans la raquette mais manquant d’explosivité.

En raison du montant de son contrat à presque 18 millions, les Bucks ne peuvent espérer de multiples propositions. Chicago – malgré leur inutile jolie panoplie de meneurs – est encore largement sous le salary cap et aurait bien besoin de se renforcer dans la peinture. De leur côté, avec le départ de Paul Millsap, les Hawks ont aussi une marge financière suffisante et pourraient être intéressés à l’idée de booster leur secteur intérieur. Mais la vigilance doit être de mise à Milwaukee : pas sûr de trouver un meilleur sixième homme, surtout quand l’animal sort d’hibernation, comme par exemple lors des derniers Playoffs contre les Raptors. Comme il semble avoir trouvé sa place dans la second unit de Kidd et avec son apport offensif non négligeable, un départ de Monroe pourrait aussi coûter cher à la franchise si le rookie Thon Maker n’est pas encore prêt sans doublure : un Thon lâché trop jeune tout seul en mer peut rapidement se faire bouffer.

Les Bucks l’ont confirmé : ils veulent bel et bien échanger leur pivot vétéran. Si Monroe préfère pour sa part continuer l’aventure dans le Wisconsin, la possibilité de s’en séparer avant sa dernière année de contrat est séduisante. Alors que les offres ne se bousculent pas, les Bucks devraient quand même faire attention à ne pas perdre un potentiel offensif qui avait peut être simplement besoin de temps pour s’adapter à son nouveau rôle de sixième homme… 


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top