Warriors

Steve Kerr est confiant sur le niveau de Patrick McCaw : le gamin va être encore plus responsabilisé

Source : SF Gate
Source image : SF Gate

Spécialistes du « je te drafte dans les choux, je te transforme en All-Star », les Warriors semblent vouloir perpétuer la tradition avec le jeune Patrick McCaw. Efficace pendant les Playoffs et à l’aise en Summer League, le rookie pourrait être responsabilisé à Golden State la saison prochaine.

Après le cas du pitbull amateur de kiwis drafté au second tour en 2012, le rookie sélectionné en 38ème position de la cuvée 2016 a connu une première saison que l’on pourrait presque qualifier de parfaite à seulement 21 ans : champion NBA dans l’un des – si ce n’est le – meilleurs collectifs de la ligue tout en ayant du temps de jeu. Même si les moyennes de stats de saison régulière et de Playoffs (4 points à 43% au tir, 2,2 rebonds et 1 assist), ne furent pas impressionnantes, McCaw a eu quelques coup d’éclat dans des matchs importants pour un simple rookie. Que ce soit en finale de conférence (18 points, 5 assists, 3 steals, 3 rebonds au Game 2 face aux Spurs), et même en Finales NBA en plantant 6 points dans le dernier quart temps face à LeBron et sa clique, le mini-Iguodala est rentré dans la catégorie des joueurs à suivre.

Suite à cette campagne prometteuse, McCaw ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Après une solide Summer League à Las Vegas, le rookie a confirmé les attentes placées en lui (20 pts à 45% en moins de 30 minutes) en montrant même une meilleur agressivité offensive. Le genre de signe qui fait ronronner les fans d’Oakland et qui a de quoi rassurer son coach sur sa forme du moment :

 On peut voir la confiance avec laquelle il joue actuellement. (…) Je pense que l’on peut sereinement sortir d’un match un joueur comme Andre Iguodala ou Shaun Livingston, grâce à Patrick McCaw, et Omri (Casspi) ainsi que Nick (Young).

Steve Kerr est même allé plus loin et pense que son joueur traverse une période cruciale de sa carrière. Comme on le voit souvent chez les grands, les peureux de la saison rookie se débarrassent gentiment de leur timidité et comprennent qu’ils peuvent cartonner en NBA. Ce qui fait la différence ? Les motivés qui passent un cap lors de leur deuxième saison, et ceux qui stagnent.

Je pense que le plus gros progrès dans une carrière en NBA est réalisé entre l’Année 1 et l’Année 2. La première, vous réalisez que vous pouvez jouer dans cette Ligue. Maintenant, il réalise qu’il peut être bon dans cette Ligue. C’est comme ça qu’il joue.

Après la confiance engrangée lors des Playoffs et de la Summer League ainsi que sa progression offensive, le 38e choix de Draft 2016 pourrait ainsi prétendre à squatter les terrains plus que 15,1 minutes par match comme lors de sa première saison. Avec le probable départ de Ian Clark, et entouré par un effectif  “relativement” correct, McCaw a donc une carte à jouer sur la saison 2017-18, pour véritablement s’affirmer comme la relève des meilleurs. 

Source texte : Mercury News


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top