Hornets

Les Hornets sur la piste de Norris Cole : expérience et fraîcheur en sortie de banc du côté de la Caroline du Nord ?

chuck norris walker texas ranger division sud-ouest

L’association Chuck Norris Cole et Kemba Walker Texas Ranger peut faire mal à la mène.

Source image : Youtube

Norris Cole est aujourd’hui libre de tout contrat après un épisode décevant sous les ordres de Billy Donovan l’an passé. Des problèmes de blessures ont limité son impact et temps de jeu ces deux dernières années, cependant Charlotte serait prêt à lui offrir une petite place au chaud sur le banc en tant que troisième option à la mène. 

Auditionné par le front office pour une place dans la chorale de la Caroline du Nord, Norris répète ses gammes pour obtenir un contrat et continuer l’aventure en NBA. A Oklahoma lors de l’exercice précédent, le meneur n’a pas pu rayonner tant le soleil Russell Westbrook était jaune, puissant, éclatant et lumineux. Pour ses treize petites apparitions, le joueur drafté par le Heat en 2011 ne compte que 3,3 points, 1,1 passe et surtout, bon sang de bon soir, 30,8% au shoot dont 23,1% du centre-ville en 9,6 minutes. Pas top pour prétendre à une grosse écurie. Charlotte s’est positionné sur le dossier Norris Cole puisque la franchise aimerait suppléer Kemba Walker et Michael Carter-Williams avec un back-up expérimenté qui connait le circuit. Même s’il était loin d’être le joueur le plus important et influent du looker room de l’American Airlines Arena, Cole a participé à quatre campagnes de Playoffs consécutives en Floride avec à l’arrivée deux petites bagouzes sympas en 2012 et 2013. A bientôt 29 ans, il est à la recherche d’un nouveau défi avec pour ambition de sortir du banc et apporter sa patte comme il a toujours su le faire dans un rôle de joueur de rotation solide.

Même s’il n’a pas pu développer comme il le voulait son basket sous le coupe de Donovan, le joueur n’en reste pas moins capable d’apporter deux trois brindilles à une équipe dans le besoin. Ses années chez les Pelicans, entre 2014 et 2016, parlent pour lui puisqu’il était établi meneur titulaire avec des statistiques plutôt correctes : on note la petite pointe à 10,6 points de moyenne pour sa dernière année. Pas besoin d’un Apéro TrashTalk pour savoir que l’équipe était au plus mal à cette époque. Norris Cole doit ainsi saisir sa chance pour pouvoir débarquer chez les Hornets, dans un cadre de vie et de travail convivial, professionnel et ambitieux. Le petit Donald Sloan des Nets est en embuscade, attention au croche patte Norris ! Briante Weber pourrait quant à lui re-signer donc rien n’est acquis, la concurrence sera présente pour s’arracher une place dans l’effectif. Si Cole s’améliore au shoot et en régularité, il peut être un joueur de rotation honnête derrière les deux meneurs établis. La direction ferait un bon coup en enrôlant le vétéran puisque ce dernier a le matos et le vécu pour ouvrir la bouche et être écouté.

Passer de Ramon Sessions et Brian Roberts à Michael Carter-Williams et Norris Cole, c’est assez sexy sur le papier. S’il vient à s’engager à Charlotte, son rôle ne sera pas énorme mais son influence dans le vestiaire n’en demeurera pas moins précieuse. Sa condition physique sera déterminante dans le choix de garder ou non le petit meneur. Alors, un champion NBA va t-il débarquer dans la côte Est ? Ouhhhhh attention la hype ! 

Source : Charlotte Observer


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top