Spurs

Si Manu Ginobili a repoussé la retraite, c’est surtout grâce aux paroles de Gregg Popovich

Manu Ginobili

Une saison supplémentaire pour notre plus grand bonheur !

Source image : NBA League Pass

Manu Ginobili aura 40 ans dans une semaine et le voilà encore prêt à affronter les équipes de la Ligue. L’Argentin n’en a toujours pas fini avec la NBA, puisqu’il a décidé de rester pour une 16ème saison au Texas, aux côtés de son Gregg Popovich d’amour. Pour lui, le choix fût plus difficile que les saisons précédentes, mais le plaisir de jouer est toujours là, alors pourquoi s’en priver ? 

C’est dans les colonnes de la Nacionqu’El Manu s’est confié sur sa récente décision de poursuivre sa belle aventure au Texas. À presque 40 piges, l’Argentin trouve toujours un plaisir indescriptible à jouer au basketball… On dirait presque un gamin qui refuse de quitter sa bande de copains le soir, lorsque sa mère lui rappelle qu’il est temps de rentrer ! Manu n’est pas prêt de raccrocher, enfin pas tant que sa franchise de coeur ne lui aura pas dit que c’est la fin. Car la vérité, comme il le dit, c’est qu’il s’amuse toujours autant sur les parquets de la Ligue où chaque soir, il prend un malin plaisir de se jouer de ses adversaires. On envoie donc par cette même occasion une petite bise au voisin texan, le barbu James Harden qui doit être ravi de se dire que Gino sera encore là, la saison prochaine. Et comment ne pas l’être ? Le vétéran des Spurs n’est sûrement pas immortel, et pour l’instant – on continue de toucher du bois – il est épargné par les pépins physiques, à la différence de son ami depuis toujours Tony Parker… Pour lui, cette décision fût sûrement l’une des plus dures à prendre, il n’a certes plus rien à prouver en NBA mais faire l’année de trop serait vécue comme une cruelle désillusion dans une carrière déjà bien remplie… En tout cas, il a pu compter sur son coach et ami Gregg Popovich qui ne se voyait pas disputer la saison prochaine sans lui. Des mots doux et vrais qui ont sans nul doute pesé dans la balance au moment de faire son choix, c’est en tout cas ce qu’il a déclaré au journal argentin.

“J’avais longuement discuté avec Pop avant les vacances. Il m’avait dit qu’il voulait que je revienne et qu’il avait besoin de moi dans l’équipe. Avec cette info en tête, je me suis donné un peu de temps pour réfléchir à ce que j’avais vraiment envie de faire. Je n’ai pas ressenti le fait qu’il essayait de me convaincre. Il m’a juste dit ce qu’il ressentait. Et je sais que s’il avait pensé le contraire, il me l’aurait dit aussi. S’il m’avait dit qu’il ne voulait pas que je revienne, ma décision aurait été très simple pour le coup. Je ne pense que que j’aurais forcé la situation s’il ne voulait plus de moi ici. J’aurais dit : “Ok, c’est fini “, parce que je n’aurais jamais eu l’idée d’aller signer ailleurs.”

Un soutien qui s’est prolongé jusqu’aux membres de sa famille. Personne ne le voyait raccrocher le basket, impossible ! Sa famille se plaît bien à San Antonio, lui aussi, il trouve toujours du plaisir à se faire engueuler par Pop quand il a perdu deux-trois ballons rapidement, tout va bien dans le meilleur des mondes. Pour lui, ce fût donc une réelle chance qu’il se devait de saisir. On sait qu’il terminera sa carrière au Texas comme Duncan l’a fait et comme on espère que Tony Parker fera dans les prochaines années. Ce Big Three a marqué l’histoire de la franchise et aujourd’hui les fans le savent, un Manu Ginobili, tu n’en rencontres pas un toutes les décennies… Aujourd’hui, il vit les saisons avec beaucoup moins de pression puisqu’il a de moins en moins de responsabilités et pourtant il trouve toujours un moyen de cartonner au printemps. C’est peut-être ça qui lui a permis de perdurer au fil des années, car quand on le voit partir au lay-up en force à 39 balais au milieu de tous ces grands gaillard bien musclés, on se dit qu’il y a soit une part de folie en lui, soit du génie, ou peut-être est-ce bien les deux ? La retraite est donc reportée, on ne connaît pas la date et franchement on veut pas le savoir. Tout ce qu’on veut, c’est revoir l’Argentin sourire sur les parquets du AT&T Center.

“J’ai donc saisi cette opportunité, car pour moi c’est un honneur de faire partie d’une franchise comme celle-là, de me sentir important à 40 ans, et d’être entouré de personnes qui se soucient de moi. Tout ce que j’avais prévu pour le jour où je me retirerais, je peux le repousser à plus tard. Mais si j’avais pris ma retraite et un an de congé, je n’aurais pas pu revenir sur les parquets à 41 ans, comme ça. Je sens que j’ai pris la bonne décision, qui semble être celle que tout le monde attendait. Personne dans mon entourage ne m’a dit : “C’est terminé, il faut raccrocher et trouver du plaisir ailleurs.”

Quel plaisir de se dire que l’année prochaine, Manu Ginobili foulera à nouveau les parquets de la Ligue avec le maillot des Spurs pour sa 16ème saison. On lui fait confiance pour continuer à nous régaler avec ses gestes dont lui seul a le secret. El Manu poursuit sa route pour le plus grand bonheur des fans des Spurs, mais aussi pour ceux qui aiment ce sport, tout simplement. 

Source : La Nacion

Les visiteurs ont tapé :


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top