Knicks

Porzingis, Ntilikina, Hardaway Jr et Hernangomez : voilà la base “Erasmus” du renouveau côté Knicks

Knicks
Source image : MadGoodKnicksShow

Dans le bordel entourant Carmelo Anthony et son probable départ, les fans des Knicks sont majoritairement dans l’attente mais un élément “rassurant” est déjà en place : l’avenir a une gueule et des noms dans Gotham.

Ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’on va se mettre à triompher dans les rues de la Grosse Pomme. Car même si Phil Jackson n’est plus là et une page pourrait se tourner incessamment sous peu dans le cas du dossier Melo, le merdier reste le même tout en haut de la pyramide. L’occasion idéale pour se rappeler que James Dolan n’a rien à foutre à la tête d’une franchise, mais ça c’est un autre sujet. Celui du jour est axé sur la récente conférence de presse qui avait été tenue par Steve Mills et dont nous parlions en détails concernant Tim Hardaway Jr. Le nouveau prési des Knicks et ancien pantin du Zen Master veut lui aussi créer sa propre identité pour l’avenir new-yorkais, et il a justement fait en sorte que le message soit clair dans la presse locale. Pas de Melo, pas de Noah, pas de Lee, pas même d’O’Quinn mentionné, Mills a évoqué quatre noms qui selon lui vont justement représenter le futur des Knicks. Pas trois, pas cinq, pas un marmonné et l’autre gueulé, c’est un quatuor en place que le boss veut développer, en laissant à Jeff Hornacek un peu plus de libertés pour ce faire.

Steve Mills dit que les Knicks sont engagés sur un processus de reconstruction autour de Porzingis, Ntilikina, Hardaway Jr et Hernangomez. Vous remarquez qu’il manque quelqu’un à l’appel ?

C’est bien de Melo dont Mike Vorkunov parle, en tant que journaliste du New York Times et de USA Today. Mais on doit tout de même souligner que dans cette même conférence de presse, Mills parlait d’un Melo potentiellement conservé chez les Knicks. Depuis, de l’eau bouillante a coulé sous les ponts et Anthony semble plus que jamais sur le départ. Tant mieux, tant pis, là n’est pas le sujet : le quatuor de jeunes, le voilà le sujet. Le plus âgé est bien Hardaway Jr avec ses 25 ans, mais sinon ? Tout le monde est entre 19 et 23 piges, de quoi laisser de la marge aux trois non-américains. Ce qu’il faudra voir dans les prochaines semaines comme les prochains mois, c’est la façon dont Hornacek va articuler son nouveau groupe. Est-ce qu’il osera envoyer Frank dans le feu en tant que titulaire ? Kristaps deviendra-t-il la première option au poste ? Et quid de Willy, dont la saison a été prometteuse ? Ce qui est sûr, c’est que Tim Hardaway Jr a été signé pour ne pas traîner sur le banc, et Hornacek devra bien lui filer du gros temps de jeu pour qu’il plante ses tirs extérieurs. Mais la hiérarchisation de l’effectif, voilà la prochaine étape que l’entraîneur local devra attaquer en prenant tout son temps. Car s’il y a bien une chose qu’Hornacek possède aujourd’hui, c’est bien ce temps. Pas de superteam à la con, pas de promesses de Playoffs, on est dans une reconstruction long-terme et basée sur des jeunes à beau potentiel.

Tout n’est pas rose dans les rues de New York, on le savait depuis bien longtemps. Seulement, les nuages les plus épais pourraient disparaître, pour laisser place à de jeunes rayons de soleil prometteurs. Attentes au niveau zéro, découverte au niveau cent : observons ces nouveaux Knicks et voyons comment Jeff Hornacek articulera tout ce beau monde.

Source : USA Today


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top