Pacers

Myles Turner va entrer dans la cour des grands : ne cherchez plus le nouveau leader des Pacers

Myles Turner

Le nouveau n°1 des Pacers, c’est lui !

Source image : YouTube/NBA

Myles Turner est-il prêt à incarner l’avenir des Pacers ? C’est la question que tout le monde se pose à Indianapolis. Après le départ de Paul George, la franchise de l’Indiana doit trouver son nouveau leader et le Texan serait en mesure de prendre ce rôle dès le début de la prochaine saison. À seulement 21 ans, il va devoir se faire respecter sur et en dehors des terrains s’il veut s’imposer au sein de l’équipe.

C’est dans la rubrique 8 Points, 9 Seconds du site Fansided que la question s’est posée il y a déjà deux semaines ! Qui pour prendre le poste de leader dans l’Indiana ? Un premier élément de réponse nous a été donné : Myles Turner. L’intérieur des Pacers réalise depuis ses débuts en 2015, de très belles saisons. Lorsqu’il est drafté en 11ème position lors de la Draft de 2015, nul ne pouvait imaginer qu’il claquerait dès sa première année à Indianapolis 10,5 points et 5,5 rebonds en 60 matchs et 23 minutes de temps de jeu de moyenne. Tout simplement incroyable pour un jeune rookie d’à peine 20 ans. L’ancien joueur des Longhorns du Texas ne s’arrête pas là, il récidive cette année où il a clairement pris une nouvelle dimension au sein de l’équipe avec une très belle moyenne de 14,5 points et 7,3 rebonds en disputant la totalité des matchs et glanant 10 minutes de temps de jeu supplémentaires. Rien que ça pour sa deuxième année passée sur les parquets de la Ligue. Et comme dit le dicton : jamais deux sans trois ! Le voilà parti – suite au départ de Paul George ou encore Jeff Teague – pour devenir la nouvelle figure, le nouveau leader des Pacers pour les prochaines saisons. Le jeune gamin n’a pourtant que 21 piges, il va devoir prouver qu’il est capable de tenir ce rang. Il représente la reconstruction de la franchise qui, après les nombreux départs, veut se tourner vers l’avenir avec sa jeunesse. Myles Turner devient donc l’option n°1 des Pacers qui voient en lui une grande capacité à mener son équipe dans les années à venir. Il faut noter qu’à son âge, en terme de stats, il marche déjà dans les pas des plus grands comme Chris Bosh ou encore Shawn Kemp… C’est pas mal sur le papier et l’assistant coach des Pacers, Popeye Jones, y croit selon ses propos tenus à Mark Montieth de Pacers.com.

“Il essaye déjà d’assumer ce rôle et nous aimons cette mentalité. Il a hâte. Il est resté avec le groupe tous les jours [pendant la Summer League] avec ces gars.”

Après seulement deux années passées sur les parquets de la NBA, Myles a montré une grande maturité qui a permis d’aider un maximum ses coéquipiers dans les moments clés de certains matchs. Très à l’aise dans la raquette, le jeune gamin s’est montré incisif en attaque, avec quelques beaux dunks à son actif, mais aussi de très beaux shoots à mi-distance. Il a même dans son arsenal, un tir très intéressant derrière la ligne extérieure, sympa pour un intérieur de 2m11. Ses associations avec Jeff Teague ou encore Monta Ellis ont permis de mettre en avant sa mobilité et sa capacité à bien se placer au moment de négocier les situations de pick-and-roll. En défense, le natif de Bedford dans le Texas s’est montré tranchant, un vrai mur, repoussant de nombreuses intrusions adverses et prenant un grand nombre de rebonds défensifs ! Mais le vrai challenge commence maintenant, avec le départ de Paul George et donc des défenses qui vont se resserrer sur le jeune pivot. Car avec les gros départs énoncés plus haut, nul doute, qu’il risque d’être la cible des défenseurs adverses lors des prochaines rencontres.

Autre point qu’il va devoir négocier : le respect de ses coéquipiers. Il va devoir dans un premier temps gérer le sulfureux Lance Stephenson. L’arrière des Pacers est connu pour être rude et on ne sait pas s’il acceptera si facilement que l’on donne le leadership de l’équipe à un gamin de 21 ans quand lui en a 26… Cette saison, il a montré une belle maturité et du calme et il sera important d’en faire un allier pour Myles Turner. S’il est bien canalisé, Stephenson peut être d’une aide précieuse! L’autre point sera de gagner le respect de tous ses coéquipiers malgré son jeune âge Il a peu d’expérience mais il reste un très gros bosseur. On l’a même vu sur une vidéo où il continuait à s’entrainer au shoot à 1 heure du matin après un match intense contre les Nuggets, qui s’est terminé par une victoire en prolongation. Un bon point, car être un leader, ce n’est pas seulement savoir ce qu’il faut faire dans certains moments clés mais c’est aussi de l’incarner au quotidien, à l’entrainement, sur le parquet voire même en dehors. C’est une manière de penser, savoir être autoritaire avec ses coéquipiers pour en tirer le maximum de chacun ! Voilà la nouvelle tâche qui attend Myles Turner.

C’est quand même un gros pari que tente la franchise de l’Indiana :  faire de Myles Turner le numéro 1 des Pacers pour les prochaines saisons. Si le Texan s’est montré incroyablement mature durant ses deux premières saisons de NBA, il n’en reste pour autant pas moins qu’il est très jeune et qu’il lui sera difficile de gagner le respect de tous ses coéquipiers. Mais bon, impossible de lui résister, vu ce qu’il est capable de faire balle en main… Pour ceux qui souhaitent découvrir le gamin, voici une petite compil des highlights de sa saison 2016-17 avec les Pacers. 

Source : Fansided


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top