Raptors

DeMarre Carroll sort la kalash et tire à vue sur son ancienne franchise : bravo l’ancien…

DeMarre Carroll

Quand tu vois le 13/42 au tir de ton backcourt

Source image : YouTube

Peu confiant et pas réellement heureux dans le froid du Canada, le joueur n’a pas trouvé la chaleur nécessaire dans le looker room de l’Air Canada Centre pour s’épanouir et atteindre les Finales NBA. On a sorti le gilet pare-balles. 

Passer du système Mike Budenholzer au système Dwane Casey, c’est passer du communisme à l’ultra libéralisme. Arrivé d’Atlanta en 2015, DeMarre Carroll l’a appris à ses dépends après deux saisons mitigées chez les Raptors. Envoyé il y a peu à Brooklyn pour libérer du cap, l’ailier n’hésite pas à critiquer son ancienne franchise, trop focus sur ses individualités et l’ISO si chère à Casey. Malgré des saisons régulières plus que correctes – 2ème de l’Est en 2016 et 3ème en 2016 – Toronto n’a jamais réussi à élever son niveau de jeu en postseason, où les problèmes de fond de l’équipe resurgissaient et empêchaient cette dernière d’être un véritable contender face aux Cavs. Les croqueurs attitrés de la franchise Kyle Lowry et DeMar DeRozan n’étaient pas au niveau et surtout, ils freinaient la progression collective de l’équipe par un jeu basé sur le un contre un, excluant ainsi tout système de passe, de coupe et de mouvement entre les joueurs. Youssoupha, dans son rôle de 3 and D, ne s’est jamais réellement intégré à l’équipe puisque ce dernier n’adhérait pas à ce format de jeu, et il l’a fait savoir dans une interview pour le Toronto Sun.

Je n’étais pas heureux, avec mon agent, nous pensions que le style de jeu serait différent, plus orienté autour de l’équipe, mais j’ai deviné que cela resterait toujours de l’ISO, donc je pensais qu’ils allaient m’envoyer quelque part l’année dernière, mais cela ne s’est fait fait… […] Dès qu’il y avait de l’adversité et de la difficulté, les gars retournaient à de l’ISO, c’était comme ça. On devait avoir plus confiance en nous. C’est ce genre de truc qu’on devait construire, se faire confiance les uns les autres.”

Cette déclaration de l’ailier révèle au grand jour ce que chaque fan de basket pense très fort devant NBA Reddit ou encore beIN: Lowry et DeRozan, on vous aime bien mais doucement sur l’isolation. Ce format de jeu basé sur l’individualité ne mènera l’équipe nulle part. Dans The Player’s Tribune, Kyle Lowry exprimait son souhait de passer à l’étape supérieure. Excuse nous coco mais pour y accéder, il va falloir impliquer d’avantage tes coéquipiers. Le vestiaire de l’équipe aurait même été divisé durant l’année, puisqu’une partie de celui-ci n’acceptait plus la croque à outrance des deux compères. Comment ? Qui ça ? Jonas Valančiūnas vous dites ? Car oui, le pivot lituanien mérite amplement de toucher plus la gonfle, et son impact sur le jeu pourrait être multiplié si le coach n’insistait pas autant sur ses deux arrières. Masai Ujiri et Dwane Casey ont évoqué un nouveau plan de jeu pour l’année prochaine, axé sur le collectif et l’adresse longue distance. La direction ainsi que les deux leaders vont devoir remettre en question le jeu qu’était celui de l’équipe ces dernières années pour repenser le projet de jeu, tout en fédérant l’effectif dans son ensemble. Car oui, si vous ne faites pas confiance à vos coéquipiers, vous ne réussirez jamais en NBA.

Après avoir baigné durant deux saisons dans un environnement où le passing game, la confiance et l’altruisme étaient rois, il est aisé de comprendre pourquoi le joueur ne s’est pas plu à Toronto, où règne le Diktat du un contre un. Les deux leaders ainsi que la direction vont devoir repenser le projet de l’équipe en mobilisant le plus de joueurs possibles. Sans cohésion ni entente de groupe, on connait la direction des Raptors : coup de balais en avril. 

Source: Toronto Sun


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top