Wizards

John Wall pas pressé de prolonger : le boss réclame des garanties avant de prendre ses 170 millions

John Wall

170 millions et le mec se permet d’attendre.

Source image : YouTube / NINTERRUPTED

Après une superbe saison régulière et une campagne de Playoffs excitante, John Wall n’entend pas se reposer sur ses lauriers. Affûté comme rarement, le dragster profite de la Summer League pour s’entraîner du côté de Vegas tout en scrutant les performances de ses petits loups. Alors qu’il a reçu une prolongation de contrat qui le lierait à la franchise jusqu’en 2023, Johnny patiente en bon chef de meute. Ce dernier attend de voir la stratégie du front office dans la gestion et le managment du roster. 

Ceux qui suivent Jean Mur sur les réseaux sociaux s’en sont aperçu : le bougre bosse d’arrache pied à la salle de muscu pour revenir plus dominant que jamais. Le repos ? connait pas. Difficile d’imaginer que ce dernier puisse travailler l’esprit léger quand on connait le montant de sa futur prolongation de contrat. Des dollars pleins les yeux. Car oui, Wall est actuellement éligible à la Designated Veteran ExtensionCette extension du contrat n’est possible que sous certaines conditions, à savoir entrer dans sa 8ème ou 9ème saison au sein de la même franchise et avoir intégré une des trois All-NBA Team lors de la saison en cours ou lors de la précédente.

Le fait d’avoir été élu meilleur défenseur de la saison ou MVP dans les trois dernières années rend aussi éligible à cette extension. John Wall a ainsi reçu sur la table une offre de 170 millions de dollars sur quatre ans, ce qui lierait le joueur jusqu’en 2023 compte tenu de son ancien contrat signé en 2015. Il est incontestablement la priorité du front office, qui compte sur son meilleur joueur pour s’améliorer d’année en année, tout en espérant tutoyer les sommets aux côtés de Bradley Beal et Otto Porter. L’ex-Wildcat de Kentucky s’est exprimé sur CSN-Mid Atlantic :

“Pas encore. Tout le monde sait où je veux être… Nous avons été dans la même situation encore et encore. Nous avons finalement réussi à surmonter cet obstacle ensemble, individuellement, en tant que joueurs, staffs, coachs, GM, tout le monde a dû être meilleur. Nous devons nous améliorer. Tout le monde doit s’améliorer chaque année. Je dois m’améliorer et être en meilleure condition pour finir les matchs sans être fatigué.”

Bien que les Wizards aient proposé l’extension de contrat à Wall il y a une dizaine de jours, ce dernier désire prendre son temps avant de signer. Il doit notamment en parler à sa famille, ses proches, son agent mais aussi et surtout analyser la stratégique de la direction en matière d’effectif. En bon chef de village, le meneur veut avoir toutes les cartes en main avant de s’engager sur le très long terme. Washington a une cohésion d’équipe solide, avec de jeunes joueurs talentueux qui mouillent le maillot. Il doit d’ailleurs être soulagé que la direction se soit alignée sur l’offre des Nets à hauteur de 106,5 millions concernant Porter. Bradley Beal, Otto le surpayé et Wall-Star incarnent le nouveau visage de l’équipe, tandis que d’autres petites pépites se distinguent en Summer League malgré le bilan de 0-2 de l’équipe.

Jared Cunningham tourne à 21 points de moyenne sur la compétition, Chris McCullough a sorti un petit double-double (10 points et 11 rebonds) et Sheldon McClellan montre des choses intéressantes. A noter cependant que le front office n’a pas maintenu la qualifying option de Bojan Bogdanovic le rendant ainsi agent-libre. Ce dernier s’est engagé chez les Pacers pour 21 millions de ficelles sur deux ans. Meurtri, le banc des Wizards avait changé de visage avec l’arrivée du Croate en provenance de Brooklyn l’hiver dernier. L’équipe va devoir se renforcer pour éviter que le bench soit à nouveau une terre de critique. N’est-ce pas Marcin.

Difficile d’imaginer que John Wall ne re-signera pas à la Maison Blanche, compte tenu de son futur salaire et de son attachement à la ville et aux fans. Le joueur grandit et prend le recul nécessaire pour savoir si son bateau va dans la bonne direction. John, sois rassuré. Le Washington Boat fait cap vers le succès, et tu en es son capitaine. 

Source : CNS-Mid Atlantic 


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top