Bucks

Fidélité et loyauté : Giannis Antetokounmpo assure qu’il a du sang vert qui coule dans les veines

Giannis Antetokounmpo

Beaucoup l’ont dit mais peu ont tenu parole. Rendez-vous dans cinq ans ?

source image : youtube

Alors que certaines rumeurs envoient Giannis loin de sa nouvelle terre d’adoption, le jeune homme n’a pas attendu midi à quatorze heures pour démentir les rumeurs. Le Wisconsin peut dormir tranquille, le Freak est apparemment loin de mettre un terme à sa production de codes wifi à Milwaukee. Allez hop, encore de l’électricité pour tout le monde cette année. 

Milwaukee va devoir passer par là avec le Greek Freak. Ce jour va arriver, n’est-ce pas ? Quand est-ce qu’il va regarder autour de lui et se dire “Où est l’organisation ? Que sont-ils en train de faire ?” Vous ne pensez pas que Giannis a vu ce qu’il s’est passé ces derniers mois ? […] L’heure a sonné. Tout le monde au sein de la ligue est en train de penser à comment l’attirer et le faire quitter Milwaukee. Cela a commencé

Le big boss d’ESPN Adrian Wojnarowski s’est une nouvelle fois illustré en nous confiant une petite anecdote à la fois croustillante et insensée. On commence à en avoir l’habitude mais là, sérieux Adrian, arrête le whisky de bon matin, ça peut être mauvais. Le lanceur d’alerte s’est récemment attaqué à Giannis Antetokounmpo, déclarant que ce dernier serait courtisé par de nombreuses franchises et devrait aller voir ailleurs. Après avoir signé une extension à hauteur de 100 millions sur 4 ans l’an passé, le Grec – du haut de ses 22 ans – n’a pas tremblé puisqu’il a emmené son équipe pour la deuxième fois jusqu’en Playoffs. Niveau statistique, on peut dire que la feuille a bien été noircie. Giannis is the new black. Avec 22,9 points, 8,8 rebonds, 5,4 passes et quelques vilains blocks à la volée, il s’est imposé comme le leader incontesté de sa franchise et comme un MVP en devenir. Mais les Bucks ne sont pas actifs sur le marché, et c’est ce qui inquiète Woj le visionnaire. Heureusement pour nous, le sport, c’est n’est pas que du business. Enfin on croit. Enfin p’t’être.

 

Merci donc au Greek Freak d’avoir remis les choses à leurs places. Après avoir parfaitement justifié le montant de son extension et la confiance que les dirigeants lui accordent avec une saison historique – meilleur marqueur, passeur, rebondeur, intercepteur et contreur de son équipe – le joueur ne compte pas déménager de sitôt. Le grec fait ainsi preuve d’honneur, de loyauté et de fidélité pour la franchise qui l’a drafté en 2013. Les autres franchises sont prévenues, il faudra s’habituer aux double-pas depuis la ligne des 3 points. Sa marge de progression est encore énorme, les Bucks en sont conscients et vont tout faire pour conserver leur pépite. S’il progresse au tir et qu’il continue d’être bien entouré, peu de joueurs pourront lui griller la priorité dans le futur pour la course au MVP. Il serait tout de même intéressant de savoir quels sont les plans du front office pour améliorer l’équipe cet été. Exceptée la signature du locale Bronson Koening pour deux ans et la chute de Mamie Jane devant la boulangerie au coin de la 23ème, il ne se passe pas grand chose dans le Wisconsin. Qu’importe, puisqu’un projet ambitieux est en train de naître à Milwaukee sous la coupe de Jason Kidd. L’équipe ne cesse de progresser d’années en années et la jeunesse aura bientôt son mot à dire en avril-juin. Giannis Antetokounmpo évidemment, mais aussi Jabari Parker, Malcolm Brogdon, Thon Maker, John Henson, Tony Snell ou encore Jason Terry incarnent le sang neuf de la franchise. Espérons qu’ils aient tous le même degré de loyauté qui coule dans le sang.

Que ce soit sur ou en dehors des terrain, Giannis sait faire passer des messages. Le joueur s’est permit de citer le très engagé rappeur Kendrick Lamar pour rassurer ses fans, sa franchise, et continuer de faire cauchemarder les 29 autres franchises de la ligue. Il fait taire ses détracteurs et envoie un signal fort à la NBA : il aime les Bucks et c’est réciproque. L’histoire d’amour n’est pas prête de s’arrêter.

Source : Bleacher Report / Twitter


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top