Wizards

Otto Porter signe l’offre des Nets, pour 4 ans et 106 millions de dollars : aux Wizards de décider !

C’était le moment le plus attendu par les fans de Washington. Qu’une offre max soit proposée à Otto Porter, et que l’ailier signe pour lancer un ultimatum aux Wizards : c’est fait, le compte à rebours est lancé.

Le jeu était prêt, les pions étaient alignés, la banque avait repassé ses billets, tout le monde connaissait plus ou moins le délire. En étant agent-libre restreint, Porter savait que n’importe quelle décision venant de son camp n’aboutirait pas à un point final. Car en NBA, contractuellement parlant, les joueurs sous ce type de bail laissent forcément à leur équipe la possibilité de matcher n’importe quelle offre. Matcher ? Mais ça veut dire quoi ? Tout simplement que du côté de Washington, c’est bien le management qui peut décider de s’aligner sur le contrat signé pour le récupérer. Ainsi, après avoir visité quelques franchises, Otto a accepté la proposition des Nets, s’élevant à 106 millions de dollars sur 4 ans. Un sacré pactole, mais qui va aussi dans la lignée agressive de Sean Marks et ses sbires de Brooklyn depuis des mois. En effet, on l’avait vu monter au créneau concernant Allen Crabbe et Tyler Johnson l’an dernier, le GM de la franchise new-yorkaise voulait continuer dans ce sens en posant ses pattes sur Porter. Maintenant que le ping a été lancé, l’heure est venue d’attendre le pong des Wizards.

Et c’est là que la suite sera très intéressante. Car sur le papier, il est strictement inconcevable de voir Washington accepter un avenir sans l’ailier formé à Georgetown. Non seulement car il est fondamental dans la réussite de son équipe, non seulement car il progresser merveilleusement d’année en année, mais aussi car un certain John Wall a été clair sur ses intentions. Les copains, je vous aime bien, mais si les supérieurs de la franchise refusent de débourser pour améliorer le groupe, ça va chauffer sur les rumeurs de départ. Et après avoir géré le banc grâce à quelques belles additions, les Wizards de Ted Leonsis et Ernie Grunfeld vont devoir prolonger Porter. Ce n’est pas un choix, c’est une nécessité, pour valider la dernière belle saison et rassurer Wall dans son optique d’aller loin avec ce groupe. Maintenant, l’interrogation reste la même : Otto, contrat max, vraiment…? Avec du monde à déjà nourrir, le management de Washington pourrait vite se retrouver coincé, sauf qu’il faudra prendre sa décision rapidement. En effet, la loi de la NBA indique que dans le cas d’une signature venant d’un agent-libre restreint, l’équipe qui possède encore le joueur a 48h pour matcher l’offre. Les Wizards ont donc la balle dans leur camp, la question semble difficilement se poser…

Est-ce que ça fait chier Washington de devoir autant payer un joueur comme Otto Porter ? Certainement. Mais est-ce que le laisser partir créerait un début de séisme dans D.C. ? Tout autant. Brooklyn a fait le boulot, c’est à Washington que revient le dernier mot. Sous 48h.

Source : Yahoo Sports


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top