Magic

Jonathan Isaac montre déjà son fort potentiel : shoot, défense, plaisir, aisance et polyvalence

Après un premier match timide ce weekend, le rookie drafté par le Magic a laissé la pression retomber et s’est fait plaisir sur sa seconde rencontre : Jonathan Isaac a du beau matos en stock.

C’est un des joueurs les plus intrigants de cette Summer League 2017, car le post-it a été calé d’entrée sur son dossier. En développement, le garçon va avoir besoin de temps, mais attention s’il atteint son potentiel max. Car en ayant eu droit à la bénédiction de John Hammond, nouveau GM de la franchise ayant précédemment drafté Giannis Antetokounmpo, le bonhomme qui évoluait à Florida State l’an passé a obtenu le clin d’oeil ultime de la part de son recruteur. Quand Hammond te choisit, c’est un peu comme si t’étais Neo dans Matrix : si ça passe, le reste du monde se fout à plat ventre. Bien évidemment, impossible de déterminer aujourd’hui de quoi sera faite la carrière du jeune Isaac, mais le match de ce dimanche face au Heat avait de quoi donner le sourire aux fans d’Orlando comme au General Manager de l’équipe. Oui, Jonathan a bien un fort potentiel à exploiter, et il en a montré toute l’étendue sur quelques séquences bien sucrées. Pas de quoi tirer des traits définitifs connaissant la crédibilité des performances de Summer League, mais des comportements marquants pour un joueur aussi jeune.

Défensivement, notamment, c’est cette mobilité assez extraordinaire qui devait faire glousser Frank Vogel dans son coin. Une tige possédant les dimensions de Kevin Durant et acceptant de bien bouger ses pieds sans faire de fautes stupides, c’est assez excitant. Surtout que de l’autre côté du terrain, Isaac a montré qu’il avait déjà des bases solides en stock. Un petit pick and roll bien exécuté, une belle patience face à des défenses resserrées, même la dernière action du match qui devait faire gagner le quart-temps au Magic était dessinée pour lui et Jonathan n’hésitait pas sur son step back en isolation. Exploit d’un soir ? Peut-être, mais efficacité tout de même, dans cette jungle qu’est la Summer League. Dans son calme et son sourire d’enfant, le rookie fût assez impressionnant. Quelques kilos évidents à prendre, une conduite de balle encore hasardeuse comme attendu, mais pour tout le reste, que du bon. Des bases suffisamment solides pour pouvoir ajouter du muscle, de l’expérience et des soirées chaudes, histoire de développer la bête à grande vitesse. Il faudra être patient chez Mickey, mais l’attente pourrait rapporter gros avec le temps.

Quelques 15 points, une bonne poignée de rebonds, du contre discipliné, du putback aérien et une confiance séduisante pour un moineau débarquant chez les dinosaures, Jonathan Isaac a assuré ses débuts chez les pros.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top