Equipes

Danny Ainge a-t-il raison de rester patient ? Les gros poissons passent entre les mailles du filet…

Danny Ainge - Celtics
Source image : CelticsTown

Jimmy Butler est parti chez les Wolves au soir de la Draft dans un trade qui semble avantageux pour Minnesota. La nuit dernière, Blake Griffin a re-signé chez les Clippers pendant que Paul George se faisait échanger par les Pacers pour se retrouver au Thunder en compagnie de Russell Westbrook. Voilà trois cibles prioritaires des Celtics qui viennent de leur passer sous le nez. Danny Ainge n’a pourtant pas manqué de communiquer sur son intérêt pour ces joueurs, mais aucun ne va atterrir dans le Massachussets alors que Boston a des assets très intéressants à proposer…

Il était clairement compliqué d’empêcher Blake Griffin de rempiler à Los Angeles étant donné que les Clippers pouvaient faire – de loin – la meilleure offre financière à leur ailier-fort. Il est probable que les Wolves aient usé de l’attrait des Bulls pour les deux jeunes joueurs à potentiel que sont Kris Dunn et Zach Lavine (ainsi que de leur pick 7 à la Draft) pour convaincre rapidement les dirigeants de Chicago de faire affaire avec eux. Mais il est tout de même surprenant – sur le cas Butler – de se dire que les Taureaux ont préféré dealer avec Minnesota plutôt qu’avec Boston qui avait les moyens de faire une proposition au moins aussi clinquante, voire plus… Surprenant. Et quand on regarde de plus près tout ce qui s’est passé (et dit) autour du cas Paul George, le voir débarquer à Oklahoma City plutôt qu’à Boston a de quoi laisser pantois.

Selon Jeff Goodman (insider pour ESPN), au moment de la trade deadline, les Celtics ont contacté les Pacers pour discuter d’un échange incluant Paul George contre un package de premiers tours de draft y compris le swap avec celui des Nets qui est donc devenu le premier choix. C’est Larry Bird, encore en place à l’époque, qui aurait refusé cette offre ! Soyons honnêtes, c’est toujours plus facile de juger a posteriori. Bird espérait certainement pouvoir garder son ailier All-Star en le faisant re-signer après des Playoffs corrects. Un calcul que l’on peut comprendre même si après le sweep du premier tour (face aux Cavs) suivi des envies de départs de George, il s’avère qu’il aurait mieux fallu accepter sans attendre la proposition de Danny Ainge. Un Danny Ainge qui aurait donc vraiment tenté de convertir son amas de picks de draft en un très gros joueur capable de faire passer un cap à son équipe. Toujours selon Jeff Goodman, les Celtics sont revenus à la charge pour Paul George au soir de la Draft. Cette fois-ci, au vu des déclarations très claires du joueur sur ses envies de Lakers (ou au moins d’ailleurs) dans un an, l’offre prodiguée par Ainge était différente : trois premiers tours de draft mais pas les meilleurs (pas celui des Nets, ni celui des Lakers ou des Kings pour l’année prochaine) accompagnés de deux titulaires actuels dont forcément Jae Crowder et donc vraisemblablement avec Avery Bradley puisque Isaiah Thomas et Al Horford sont hors des discussions d’échanges.

Pourquoi Kevin Pritchard n’a-t-il pas pris cette offre ? Qu’espérait-il ? Pourquoi se rabattre ensuite – et visiblement dans la précipitation – sur cet échange avec le Thunder alors que les Celtics pouvaient encore largement proposer quelque chose de très raisonnable ? Comme ce fameux package incluant Crowder et/ou Bradley ainsi des picks de drafts notamment. Que s’est-il passé ? Ces offres des Celtics ont-elles réellement été faites aux Pacers ? Les fans d’Indiana peuvent se poser la question car si leur nouveau président des opérations basket a vraiment laissé de côté cette offre de la maison verte pour finalement accepter celle du Thunder… Victor Oladipo est un joueur encore jeune et intéressant par son profil athlétique et capable de défendre. Domantas Sabonis sort d’une saison de rookie tout à fait correcte et promet pour l’avenir. Mais cela vaut-il mieux que de récupérer un excellent contrat comme celui de Crowder (encore environ 22 millions sur les trois prochaines années) accompagné d’une triplette de premiers tours de draft ? Franchement, ce n’est pas sûr. Quand on prend en compte le fait qu’Oladipo va toucher 84 millions sur les quatre saisons à venir, on peut même commencer sérieusement à se dire que Pritchard n’a pas pris la meilleure option. D’où le questionnement quant à la réalité de ces offres celtes.

Les fans des Celtics eux aussi, ont des raisons de s’interroger. Doivent-ils en vouloir à Ainge pour n’avoir pas su insister suffisamment ? Ou pour avoir rechigné à mettre le paquet sur la table afin de récupérer un gars du niveau de Paul George ? Peuvent-ils douter de la finesse de leur boss en termes de négociations ou de la véracité de ces infos rapportées comme obtenues de “sources proches de la Ligue” ? On en revient au fait que ces sources ne sont pas toujours des plus fiables. Elles peuvent aussi être manipulées par les dirigeants… Ainge aurait voulu montrer ou faire croire aux fans qu’il fait son possible pour faire venir une star qu’il ne s’y serait pas pris autrement. Tout en continuant SON projet, qui est clairement de développer des jeunes à très forts potentiels (Jaylen Brown, Jayson Tatum par exemple) au sein du système de Brad Stevens tout en les entourant de joueurs plus expérimentés (et pas chers) comme Jae Crowder, Avery Bradley et Isaiah Thomas.

En attendant, le constat est là. Danny Ainge a toujours sa collection de tours de draft à disposition mais son roster manque encore d’une autre superstar pour rivaliser avec les Cavs. Gordon Hayward – si tant est qu’il puisse être considéré comme une superstar – peut être une possibilité mais il ne s’agira pas d’un échange a priori, vu qu’il est agent-libre et qu’il va rencontrer le Heat, son Jazz et donc les Celtics. Hayward serait néanmoins une addition superbe pour Boston. Il s’intégrerait sans problème dans la philosophie de jeu de coach Stevens qu’il connait bien et présente des qualités fabuleuses des deux côtés du terrain.

Peut-être que c’est lui la vraie cible prioritaire des Celtics ? Peut-être que nos questionnements vont trouver réponse dans les heures ou les jours à venir. Ainge se montre patient en tous cas. Il ne veut surtout pas perdre le fruit de son travail des années précédentes passées à construire un effectif compétitif tout en gardant de superbes options pour l’avenir. Les Celtics sont déjà revenus tout en haut de l’Est et il en est l’un des artisans. Maintenant, il leur faut passer un nouveau cap, faute de quoi cette patience de l’ami Danny pourrait entraîner une sacrée impatience du côté des fans…


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top