Événements

Ain Star 3×3 2017 : retour sur un week-end tout simplement… bouillant

Ain Star

Passer deux jours en lévitation : check.

Source image : TrashTalk

On l’avait annoncé, cette quatrième édition de l’Ain Star 3×3 se devait d’être celle de l’explosion, tant en terme de niveau proposé que d’ambiance sur place. Double bonne nouvelle, car si le niveau était bel et bien présent, TrashTalk s’est chargé de l’ambiance. Allez, récap d’un week-end comme on en vit peu.

Premier kif, le beau temps fût au rendez-vous, les syndicats du 3×3 annonçant dans la journée des chiffres de 60 degrés au soleil et 5000 bouteilles de flotte vendues à la buvette. 34 équipes présentes au coup d’envoi du samedi, et un tournoi qui ne pouvait que débuter de la meilleure des manières après une intronisation parfaite de la marraine Émilie Gomis, qui exhortait les joueuses et joueurs à se donner à fond tout en espérant ne pas avoir de blessure à déplorer. Stands en place, bénévoles et arbitres chacun à son poste, équipe TrashTalk au complet et 136 joueurs au taquet, let’s go.

Deux terrains extérieurs, deux dans la salle, autant vous dire que les matchs s’enchaînent très vite. Tom Wallace balance de la vanne au kilo, on dénombre un pourcentage de finition au tomar assez impressionnant chez les mecs et si on surprend une nana jouer avec ses lunettes de soleil, le niveau est par contre hallucinant chez les filles avec pas moins de six joueuses pros sur les terrains. Le soleil cogne, les couleurs changent sur les visages et la fin d’après-midi va nous réserver deux moments déjà cultes. Finale homme, la Blacklist de Raphael Wilson et Malela Mutuale défie la Team Flick of da Wrist de Rick Empilo et Etienne Ca. Quelques minutes à jouer et… on vous laisse juger par vous-même, nous on a cherché les mots tout le week-end.

On rassure tout de suite les médisants, Jean-Michel Victime va très bien, il s’est relevé dans la foulée et a repris le match après avoir séché quelques larmes de sang. On ajoutera juste que l’auteur du crime se nomme Rick Empilo et que le jeune homme à terre remportera par la suite le tournoi du samedi, l’Open Central le dimanche… et le concours de tir. All-around le bonhomme.

Deuxième temps-fort de la journée ? Le TrashTalk Dunk Contest bien sûr. Les vidéos tomberont très prochainement mais sachez que le niveau fût tout simplement phénoménal. Chris Sunda, Clark Agambar, Ludovic Lamegarde et Etienne Ca au tomar, un jury encore plus en forme que les dunkeurs, et voilà comment la salle de Ceyzériat a vécu un moment qui restera gravé dans les murs de son très vieux gymnase. Avant-bras dans le cercle, dunk au dessus d’un pivot de 2m05, au dessus d’une mascotte, au dessus d’un gamin.. lui-même sur les épaules de son pote ? On a vu tout ça samedi, et vous n’êtes pas prêt pour le montage qu’on travaille en ce moment même…

TrashTalk Dunk Contest

Day 2, parce que dormir c’est pour les faibles. Bis repetita dimanche pour les meilleurs équipes de la veille, avec cette fois-ci une place pour l’Open de France à aller gratter. Une canalisation qui pète, pas d’eau courante de toute la journée histoire d’entretenir la légende du tournoi de province. Émilie Gomis qui passe faire une bise avant de repartir représenter sous d’autres cieux, le passage surprise de William Gradit aka Le Coyote (15 saisons de LNB, international il y a moins de dix ans) et un tournoi une fois encore placé sous le signe de la chaleur. Deux membres de l’équipe TrashTalk auront bien tenté de climatiser tout le 01 lors du GRDF Shooting Contest mais malheureusement leur adresse et leur gestuelle auront raison de leur score. Laissons les vrais joueurs s’exprimer et c’est aussi bien comme ça.

A l’issue d’une journée éreintante, la Team Blacklist (Raphael Wilson, Sam Girma, Malela Mutuale, Raphael Giaimo) fera coup double et se qualifiera pour l’Open de France (29 juillet prochain à Lyon) alors que chez les filles la tenante du titre Clarisse Legrand (Lyon, Ligue Féminine) fera également péter le doublé, accompagnée cette année par Victoria Majekodunmi (Charlevilles) et Lena Golisch (Villeurbanne, NF1). Tout ce petit monde se retrouvera donc à Lyon dans un mois pour tenter de représenter l’Ain Star comme il se doit, avec pourquoi pas un titre de champion de France…

Voilà, c’est fini. C’est fini pour cette année. Une édition 2017 réussie d’un point de vue sportif mais un évènement qui gagne à être connu encore plus qu’il ne l’est aujourd’hui. Ça tombe bien, on arrive avec beaucoup de contenu. Stay tuned.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top