Los Angeles Clippers

Glen Davis massacre Austin Rivers : “Ferme-la, t’es qu’un glandeur à qui on a offert le monde entier”

Glen Davis
Source image : Montage NBA.com

Bonjour ! Le clash du jour vous est proposé par Glen Davis et Austin Rivers. Les deux anciens coéquipiers des Clippers se sont envoyés deux beaux steaks en l’espace de quelques heures, sortez les kevlars car c’est du lourd.

Et on ne dit pas ça car c’est Big Baby dont il s’agit, même si vous pourrez voir par vous-même ci-dessous que l’ancien-intérieur des Celtics champions en 2008 a sorti le lance-flammes. Non, c’est du lourd car les deux joueurs n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère, une situation qu’on doit expliquer depuis le début pour mieux comprendre le tout et ce résultat final. Il y a quelques temps, Davis avait critiqué assez sévèrement Chris Paul (il “dribble trop”), puis Doc Rivers (un coach “surcoté”), en laissant notamment sous-entendre que la relation père-fils entre le coach et Austin pouvait avoir un impact sur l’équipe de Los Angeles. Des propos face auxquels le plus jeune des deux Rivers n’avait pas encore pu s’exprimer, avant d’être invité par l’émission The Undisputed cette semaine. Les allumettes et la TNT données par Skip Bayless, l’arrière des Clippers avait alors dit ceci pour allumer la mèche…

C’est juste de la merde, ça c’est Big Baby qui parle de ce dont il n’a pas idée. Je l’ai entendu me dire plusieurs fois que Doc était génial, Doc était super, et maintenant il dit tout ça dans son dos ? C’est trop contradictoire. Et je n’ai pas de problèmes avec lui, on s’est toujours bien entendu, mais ça n’a pas de sens. C’est probablement quelque chose entre lui et mon père parce qu’il a fait des blagues sur son poids, mais je vais vous demander quelque chose. Si quelqu’un est constamment en mauvaise forme, en retard et ne se souvient pas des systèmes, comment le faire jouer ? Et cela n’a rien à voir avec l’équipe, je m’en fous si c’est entre lui et mon père. Mais qu’il parle de moi et de l’équipe… J’ai mérité tout ce que j’ai eu, j’ai mérité le temps de jeu que j’ai eu, c’est juste qu’il parle de ce dont il n’a pas idée donc je ne comprends pas.

Les progrès d’Austin Rivers sont bien là, sa production ayant grandement évolué et aidé les Clippers ces derniers mois. Mais la réponse de Glen Davis ? Il n’aura pas fallu attendre longtemps avant de l’obtenir. Peinard à Hawaï et profitant de ses vacances, le tank s’est exprimé sur son compte Instagram et on peut dire que l’averse a été… plutôt dense.

Je suis à Hawaï, à m’occuper de moi-même. Et je vois sur Undisputed que ce petit con d’Austin Rivers dit de la merde sur moi. Mec, sérieusement… Ok, j’ai pu être un peu en surpoids. Et ok, j’ai pu être en retard à un ou deux entraînements. Mais sérieusement, que je ne me souvienne pas des systèmes ? Vraiment ? Tu mens, mec. C’est un putain de mensonge, ça… Deuxièmement, ton père t’a donné tout ton argent. Ne dis rien sur moi, ton père t’a donné tout ton argent ! Tu n’as pas bossé pour l’avoir, enculé. C’est quel genre de connerie ça, j’étais là à l’entraînement, je t’ai vu n’en avoir rien à foutre, en faisant style avec tes pantalons tout serrés. Ton père t’a donné tout cet argent pour que tu puisses les acheter justement. Mais ferme ta putain de gueule, t’es qu’un glandeur à qui on a offert le monde entier. Donc ferme-la, et reste sous ton père.

Il faut savoir que lors de la grande réunion qui avait récemment eu lieu entre les Celtics de 2008 dans l’émission Area 21 gérée par Kevin Garnett, l’apparition de Doc Rivers sur l’écran principal avait provoqué un hourra collectif sauf… chez Glen Davis, évidemment. L’intérieur avait soupiré et mis une main devant son visage, comme pour appuyer un peu plus son envie de ne pas voir le coach des Clippers. Un Doc qui serait notamment, selon lui, responsable en partie de sa chute en NBA puisqu’il avait fortement critiqué Big Baby en Playoffs alors que le joueur était blessé à la cheville. La réalité reste cependant celle-ci : pendant que l’un n’est plus dans la Ligue, l’autre a progressé chaque année pour s’y faire une vraie place. Difficile de choisir un camp pour autant, tant on a droit à deux légendes de la pensée du 21ème siècle, mais une chose est sûre : les prochaines fêtes de fin d’année ne seront pas partagées entre les Davis et les Rivers.

Popcorn, canapé, maintenant on souhaite la réponse du Doc !

Source : Instagram + The Undisputed

Les visiteurs ont tapé :


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top