Spurs

Tony Parker, toujours aussi costaud là-haut : “Le chemin du retour commence avec la tête”

Tony Parker

Le mental de Tony n’a pas de limite.

Source : zastavki.com

Le 3 mai dernier, lors du match 2 entre Spurs et Rockets en Playoffs, Tony Parker s’est blessé gravement en effectuant un geste qu’il connait par cœur : son fameux floater à quelques mètres du cercle. Tendon rompu au niveau du quadriceps pour le Français et six à huit mois sans compétition. Mais malgré la frustration, TP garde le moral et se montre optimiste pour la suite, comme il l’a expliqué hier dans une longue interview accordée à L’Equipe et dont voici quelques morceaux choisis. 

De la frustration, c’est bien le sentiment très désagréable que Parker a dû ressentir sur le coup (au-delà même de la douleur) tant il était en forme depuis le début de la campagne de post-season de San Antonio. En un peu plus de 26 minutes par rencontre, il envoyait 15,9 points (à 52,6% au tir), 2,5 rebonds et 3,1 passes décisives. Pour un joueur qui venait d’avoir 35 ans, c’était très sérieux. Et encore, ces stats ne montrent pas à quel point il influe sur le jeu des siens, à quel point il relaie impeccablement les consignes de coach Popovich, à quel point il est le dépositaire du rythme de jeu des Spurs. Ce rôle, Tony l’a déjà bien assimilé et il est évidemment prêt à le tenir dès qu’il pourra rejouer. Et si cela doit se faire depuis le banc, ce ne sera pas un problème :

[…] J’ai entamé un nouveau rôle, plus dans la gestion de l’équipe, du jeu, le leadership par l’expérience et ce rôle me plaît. Moi aussi, à un moment, je vais sortir du banc comme Tim (Duncan) et Manu (Ginobili). Mais j’aurai toujours un rôle important.

Et oui, Parker est déjà en train de parler de son retour ! Alors que certains parlaient plutôt de fin de carrière, lui explique que cela ne lui a même pas traversé l’esprit :

“Ça ne m’a pas traversé l’esprit une seconde ! Je savais que la blessure était sérieuse, mais ce n’était pas le genou. Ma blessure à l’œil était beaucoup plus grave. J’ai eu bien plus peur qu’avec ma jambe. J’étais à deux millimètres de ne plus voir de l’œil gauche et là, la carrière est terminée ! Ma mentalité est d’être toujours positif. Le chemin du retour commence avec la tête, commence dans la tête. Même si certains peuvent penser que c’est la fin de ma carrière, jamais de la vie je ne penserai ça, moi. Je vais revenir !”

La tête, le mental, l’abnégation… Il faut reconnaître sur ce point, Parker a prouvé qu’il était très solide depuis 16 ans qu’il évolue au plus haut niveau. Et quand on lui parle de son indisponibilité, de six à huit mois donc, qui pourrait être un vrai souci pour ensuite retrouver le rythme, l’ami Tony explique qu’il voit cette absence comme une opportunité qu’il va saisir pour bosser et revenir encore plus fort :

“Je reste très optimiste ! J’ai même l’impression que je vais revenir encore plus fort ! Je sais, c’est un peu bizarre de dire ça, mais dans ma carrière, je n’ai jamais eu six mois pour ne faire que de la muscu ! Je vais me muscler comme un malade pour revenir encore plus fort. C’est peut-être un mal pour un bien. Après, les gens qui disent que je ne reviendrai pas, je ne les écoute pas. Je sais comment j’ai envie de faire les choses et comment je veux finir ma carrière.”

Mais il ne précipitera rien et prendra le temps de préparer son corps aux cadences infernales de la NBA. S’il sera “libre” de retrouver la compétition dès le 20 octobre, Tony sait – pour en avoir parler avec les médecins – que son retour nécessitera de retrouver un niveau athlétique suffisant. Et il ne se pressera pas :

“En fait, à partir du 20 octobre, je serai “libre”, mais selon les médecins, il faudra encore se laisser un ou deux mois pour revenir, pour retrouver mon niveau. Je ne me presserai pas de toute façon. S’il faut attendre début décembre, j’attendrai début décembre. […] Le plus important reste les Playoffs.”

En tous, ce sont des déclarations qui font très plaisir à entendre de la part de celui qui est un symbole pour le basket français. Nous avons eu peur que le contre-coup d’une telle blessure en plein Playoffs soit très difficile à supporter. Mais pour la énième fois au cours de sa fabuleuse carrière, Tony Parker semble prêt à relever un nouveau défi. On ne peut que lui souhaiter le meilleur dans ce challenge et on l’attend au taquet fin 2017 ou début 2018, pour hisser encore une fois très haut le basket tricolore.

Source : L’Equipe


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top