Playoffs NBA

Retour sur le Game 3 des Finales 2015 : LeBron trouve un lieutenant inattendu

Jamais deux… sans trois. Pour ces troisièmes Finales NBA consécutives entre Cavs et Warriors, on profite de la pause pour revenir sur les deux derniers opus : tout de suite, le Game 3 de la cuvée 2015.

Après une mise en bouche qui signifiait surtout à l’époque la fin… des Playoffs de Kyrie Irving, puis un Game 2 éclaboussé de toute la rage et de tout le talent d’un certain LeBron James, les deux équipes aujourd’hui inséparables se retrouvent donc pour un Game 3 de feu à la Q Arena. Avantage du terrain récupéré, c’est maintenant le deuxième coup de surin qu’il faut planter dans le dos de ces jeunes Dubs, eux qui ont passé le plus clair de leur saison à pisser sur tout ce qui bougeait. Pas de Kyrie donc, plus de Kevin Love non plus, et un poste 1 forcément scruté dès l’entre-deux. Deux nouvelles pour vous messieurs mesdames ? 1) le poste de meneur sera bel et bien la clé du match et 2) c’est donc… Matthew Dellavedova qui va sortir de sa tanière pour sortir l’un des plus gros matchs de sa carrière. LeBron James aura beau se démultiplier comme toujours depuis sa naissance (40 points, 12 rebonds, 8 passes, 4 steals et 2 blocks mais 14/34 au tir), c’est bien le punk australien qui va peser de toute sa malice sur ce Game 3. 38 minutes pleines pour 20 points, 5 rebonds, 4 passes et une défense de porc sur Stephen Curry, et des millions de spectateurs morts de rire ou de stupéfaction devant leur télé ou leur PC.

Avec un roster resserré au maximum puisque six joueurs seulement joueront plus de… cinq minutes, les soutiers des Cavs sortiront grands vainqueurs de ce premier opus made in Ohio. Tristan Thompson, Timofey Mozgov ou Iman Shumpert, hello les casques bleus sans forcément plus de talent que leurs adversaires du soir mais bonsoir aussi les emmerdeurs, bonsoir les empêcheurs de tourner en rond. 91 points à l’arrivée pour des Warriors à l’arme enrayée comme rarement (18/54 pour le quatuor Curry/Thompson/Green/Barnes dont un magnifique 0/8 pour le futur Maverick). Score final 96-91 pour les hommes de David Blatt et une seule question sur toutes les lèvres en cette matinée du 10 juin : who needs Kyrie ?

Les Cavs prennent donc l’avantage dans la série et mettent une belle pression sur Steph and co en se rapprochant à deux petites wins du titre suprême. On préfère vous prévenir, il se passera encore beaucoup de choses dans les jours suivant mais ça, soit vous le savez déjà, soit il faudra attendre demain pour le savoir, vous connaissez l’adresse.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top