One-on-One

Et si Jaylen Brown était envoyé dans le feu : défendre sur LeBron, c’est l’heure de se faire les dents

Jaylen Brown

Focus.

Source image : NBA League Pass

L’addition a été particulièrement salée pour Boston ce mercredi, mais tout n’a pas été si sombre que cela. En effet, au milieu des tartes envoyées par les Cavs en plein TD Garden, Jaylen Brown a offert une performance intéressante.

On en ricanait encore il y a quasiment un an, quand les Celtics sélectionnaient l’ailier à la Draft 2016. Pourquoi un joueur de ce type, alors qu’ils avaient surtout besoin d’intérieurs ? Conscients de ce petit risque pris à contre-sens de l’avis général, Danny Ainge et Brad Stevens justifiaient leur décision en mentionnant des perspectives dépassant les huit prochains mois. En effet, dans une NBA qui voit des ailiers ultra-polyvalents et physiques dominer le jeu, Boston devait sauter sur le joueur le plus proche de ce style, avec un fort potentiel. Et Jaylen Brown cochait ces cases, en ajoutant une attitude de bosseur et un profil de garçon impossible à intimider, qui excitait la Celtics Nation. D’ailleurs, pour sa première régulière, un des déplacements de Boston à Cleveland voyait justement le rookie être bombardé sur le terrain, par un Brad Stevens plus malin que jamais : formons le petit face au meilleur, pour qu’il apprenne à vitesse grand V. Une belle première contre LeBron, un jeu physique et défensif pour tenter de tenir face au King, pas de quoi stopper la bête mais des perspectives qui faisaient ronronner le management du Massachusetts. Fast forward jusqu’à ce mercredi, et un Game 1 perdu à domicile. En sortie de défaite, Jaylen donnait son avis sur la rencontre et ces quelques minutes du troisième quart-temps offertes en tête à tête avec LBJ.

Je reste prêt, quoi qu’il arrive. Quand le coach m’appelle, je suis prêt. Et si je dois défendre sur le porteur d’eau, je défendrai sur lui. […] Le staff m’a envoyé des heures de vidéos sur lui, sur Kyle Korver et J.R. Smith également. Maintenant j’étais un peu plus sur LeBron ce soir, mais on doit faire un meilleur boulot collectif en étant plus agressifs. Je ne suis pas intimidé par ce challenge.

En gardant cette straight face qui le définit déjà si bien, Brown ponctuait une belle petite soirée individuelle, malgré le revers collectif. Car c’est bien en seconde mi-temps que Brad Stevens a décidé d’envoyer le gamin en mission-suicide, sur un LeBron qui est tout simplement intouchable en Playoffs. Largement meilleur, plus physique, plus expérimenté et plus… tout, le monstre des Cavs produisait son jeu habituel mais l’agressivité naturelle de Jaylen et son beau bagage physique (plus grand que Crowder, plus lourd que Green) proposait peut-être le meilleur semblant de rempart au numéro 23. Un échantillon que son coach a bien évidemment gardé en tête, et qui pourrait se traduire en ajustement immédiat sur la rencontre de ce vendredi. LeBron stoppé par Jaylen Brown ? Allons, restons sérieux. Mais le rookie collé au short de James pour le tester, apporter du neuf et préparer l’avenir ? C’est un grand oui. Car on en revient au plan long-terme mentionné par Ainge et Stevens depuis des mois. Ce n’est pas comme si Boston allait tabasser les Cavs et sweeper Golden State derrière. Cependant, utiliser ces accélérateurs de formation et ces grands moments pour former un jeune talent est un excellent outil pour transformer un gamin en adulte. Et c’est en ça que le coach des C’s sera probablement tenté d’envoyer Jaylen dans le grand bain lors du prochain match.

Ce n’est pas un rookie qui va freiner LeBron James. Ce n’est pas un rookie qui va faire basculer la série face au champion en titre. Mais si les douleurs d’aujourd’hui peuvent aider au bonheur de demain, les Celtics regarderont en arrière en se disant que leur plan était bien ficelé. courage Jaylen et fonce dans le tas, car t’as rien à perdre et tout à gagner.

Source : CSNNE


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top