Spurs

Gregg Popovich, très confiant en abordant sa série face aux Warriors : “Il faut prier”

Gregg Popovich
Source image : SB Nation

Gregg Popovich est bien évidemment content d’avoir éliminé les Grizzlies puis les Rockets, mais il sait que le pire est désormais à venir : affronter les Warriors, il faut être croyant pour s’en sortir.

Si vous êtes fan des Spurs, que vous avez la foi en quelconque dieu ou appartenez à un groupe religieux, suivez les paroles du coach légendaire. Bien évidemment, Pop est le premier à déconner lorsqu’il envoie ces morceaux de viande à la presse, histoire de la nourrir pour qu’elle le laisse tranquille, mais il y a un peu de vrai dans ce que l’intéressé affirme ici. Entre Stephen Curry, Klay Thompson et Kevin Durant, on a droit à trois des meilleurs shooteurs de toute l’histoire, entourés par des cols bleus prêts à se sacrifier pour la victoire, au service d’un coaching excellent et dans un stade particulièrement bouillant. Battre les Warriors en Playoffs, c’est espérer qu’une réussite globale soit basse et que les balles perdues s’enchaînent, mais Popovich préfère la jouer légère avant le début de série ce dimanche. Lorsqu’il lui a été demandé de comparer cette série avec la précédente contre Houston, l’entraîneur a sorti la carte fun histoire de ne pas trop dévoiler les siennes non plus. Le début d’un jeu d’échecs fascinant, qui pourrait aller loin si le stratège nous ressort des performances comme lors du Game 6 face aux Rockets. Alors, comment ça se passe cette approche de la série à venir ?

Il faut prier. Là c’est vraiment un autre type d’animal, chaque équipe est différente. Chaque équipe propose différents problèmes, chaque équipe a différents joueurs, et pour le moment ils ont été très compétitifs en jouant à un haut niveau de jeu. Mike Brown sait très bien ce qu’il doit faire, Steve Kerr est en permanence avec lui, à lui donner des conseils ou des petites directives, il sera très bon comme il l’a toujours été.

Il est vrai qu’au niveau du coaching, une absence est marquante jusqu’ici et il s’agit de celle de Steve Kerr. Le Coach de l’Année encore en titre a des pépins au dos, ce qui l’empêche d’affronter Pop en tête à tête mais ne devrait pas ralentir l’infernale machine d’Oakland. Sauf que chez les Spurs aussi, il y a une absence de marque en la personne de Tony Parker, chef d’orchestre incollable qui aurait pu gérer le business dans certains moments chauds. Patty Mills devra assurer, Dejounte Murray aussi en cas de saut dans le grand bain, mais comme Jeff Van Gundy l’a proposé sur Sirius XM Radio, il y a quelques points à viser côté San Antonio, pour espérer prolonger la série le plus longtemps possible.

Je pense que le tir à trois-points doit être en leur faveur, ce qui semble improbable à première vue. Les balles perdues également, ça doit être à leur avantage et ça ils peuvent mieux le gérer. Golden State gère plutôt bien son mouvement de balle sur ces Playoffs, mais il y a des moments durant lesquels ils peuvent être un peu maladroits. Il va évidemment falloir que Kawhi Leonard, LaMarcus Aldridge et Pau Gasol soient très productifs, mais il faudra aussi qu’un joueur plutôt inattendu comme Dejounte Murray ou Jonathon Simmons produise la série de sa vie. Car il faut à la fois leur tenir tête offensivement, mais ne pas être bancal défensivement sinon ils ont trop de façons d’exploiter ces failles.

Rendez-vous ce soir à 21h30 pour la première manche de cette série, dans une Oracle Arena en feu !

Source texte : Sirius XM Radio et Highlight Laboratory


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top