Wizards

Les Wizards explosent Boston à domicile : 116-89, Washington répond avec les couilles et les poings

john wall

Wall-Star.

Source image : YouTube

Menés 2-0 dans la série et obligés de s’imposer à la maison, les Wizards sont retournés chez eux et ont fait le job en envoyant un message clair aux Celtics : cette série ne s’arrêtera pas cette semaine, et il va falloir sortir les protège-dents.

La frustration était là, évidente, mentionnée par chaque joueur avant le match et visible sur leur visage. Les hommes de Scott Brooks étaient énervés, mais contre eux-mêmes. Car ils savaient qu’ils auraient pu et dû repartir de Boston avec un match, si la discipline était là, si l’exécution était meilleure, si les deux côtés du terrain étaient gérés pendant 48 minutes. Retrouvant leur public adoré, les Wizards n’avaient pas le choix. Ils devaient remporter le Game 3, et pas de n’importe quelle manière. Car dans une telle série où les deux équipes se détestent, humilier l’autre est autant un plaisir qu’une nécessité. On attendait donc une armée sérieuse dans la capitale, une qui prenne le match à deux mains et dirige le scénario sans laisser le moindre doute aux visiteurs. La réponse sur le terrain ? Un premier quart-temps fatal aux Celtics, le simple 12-12 du début de rencontre se transformant en 39-17 à la fin des douze premières minutes de jeu. Grosse activité des deux côtés du terrain, Bradley Beal, Marcin Gortat, Markieff Morris et compagnie pour gérer le tempo, maladresse dans le camp d’en face, un peu comme lors des deux matchs précédents d’ailleurs.

Sauf que cette fois, Washington n’a pas fait la même erreur. Pas de panique en laissant Boston recoller au score. Pas d’errements défensifs en croisant les doigts pour que le talent des Wizards s’occupe du reste. Non, cette fois c’est John Wall qui a mis les deux pieds sur l’accélérateur avec Otto Porter, l’écart restant dans la vingtaine en allant presque atteindre la trentaine entre les deux équipes. Au milieu de tout ça ? Kelly Oubre qui marave le pauvre Olynyk, se faisant expulser par la même occasion. Certainement pas ce qu’on retiendra sur la feuille de score, mais un symbole aussi du message que les Wizards voulaient envoyer à domicile. Bousculés à l’extérieur, Beal et ses potes estimaient qu’ils n’avaient pas encore répondu au challenge physique imposé par Boston. Dans le jeu, ce Game 3 a permis à Washington de bomber le torse, et pour certains échanger les poings. Mais peu importe la sanction qui sera réservée au jeune gaucher, ce qu’on préférera souligner sera le très bon match du trio Gortat-Wall-Porter, avec une défense locale rehaussée et une vraie première gifle dans cette série. Autant dire que le Game 4 sera bouillant et immanquable, compte tenu des échanges de plus en plus nasty entre ces deux franchises…

Le match n’aura finalement duré que 12 minutes, allez 15 si on ajoute le barfight entre Oubre et Olynyk. Washington avait un objectif à remplir : remporter le Game 3 et mettre une petite claque aux Celtics au passage. Double-réussite, en attendant le prochain match avec des gants de boxe.

Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top